Valparaiso, Chili
0
Pays visités
0
Km parcourus
0
Jours de voyage

Nous quittons la Nouvelle Zélande pour le Chili. Comme d'habitude, à la sortie de l'avion nous commençons avec l'immigration : deux-trois questions (en espagnol por favor) et on passe sans encombre. Ensuite direction la douane. Dans l'avion ils nous ont distribué des fiches à remplir où ils nous demandaient si on avait des objets contenant de la terre. En bons élèves que nous sommes (et après la douane de Nouvelle-Zélande), on passe dans la file "quelque chose à déclarer" pour déclarer nos chaussures de randonnées pleine de boue. La douanière nous fait bien comprendre que nos chaussures ne l'intéressent pas mais nous fait quand même passer aux rayons X (que vous ayez quelque chose à déclarer ou pas, vos bagages passent aux rayons X) et ils n'en sont pas à ce détail là a priori. Un mal pour un bien, nous n'avons pas fait la queue contrairement à ceux qui n'avaient rien à déclarer !

Nous prenons un bus puis le métro pour nous rendre à notre hôtel, ce qui nous donne un premier aperçu de la ville qui est entièrement vide ! Après avoir déposé nos bagages à l'hôtel, nous filons directement dans le quartier de Bella Vista pour ne pas succomber au décalage horaire (16h de moins qu'en Nouvelle Zélande). Nous marchons une petite heure jusqu'au quartier mais ce qui est étonnant c'est que pour une capitale, les rues sont complètements vides. Arrivés dans le quartier très touristique, tout le monde se fait harceler par les rabatteurs des restaurants pour manger chez eux. On aime pas trop ce genre d'ambiance donc on finira au Mcdo puis on rentre, on ne tient plus la fatigue. 

Le lendemain, nous partons visiter le centre ville. Première impression dans les rues : nous sommes lundi et il y a vraiment beaucoup plus de monde que la veille. C'est agréable, on sent que c'est une ville qui vit. Pour arriver au centre ville, nous suivons le chemin dans les parcs, très agréables. Les gens se prélassent dans l'herbe, il y a de la musique, ça sent la joie de vivre ici. Il est déjà l'heure du déjeuner et nous nous dirigeons vers le marché central, qui d'après le Lonely Planet, est l'endroit pour déjeuner. On arrive en fait dans une toute petite halle où les rabatteurs vous collent leurs menus sous le nez, ça sent plus le piège à touristes que l'authentique. On part, bien sûr très rapidement de cet endroit, pour acheter des empanadas et déjeuner dans le parc. Nous partons ensuite à la conquête du de la vieille ville : Place des Armes, Palais de la Moneda (qui veut dire Monnaie en français mais qui, en fait, abrite le gouvernement), Cathédrale et Musée des beaux Arts... Tout y passe. 

Le lendemain, nous allons dans un centre commercial pour déjeuner sur le pouce puis direction le téléphérique de la ville. Nous prenons seulement l'aller pour la statue de la Vierge Marie qui surplombe la ville puis nous redescendrons à pied. Le téléphérique nous donne une vue sur toute la ville et on aperçoit les deux faces : une touristique et riche et de l'autre côté de la colline, ça ressemble plus à un bidonville. Nous arrivons à la statue de la Sainte Vierge, où l'on peut apercevoir le quartier de Bella Vista en dessous et on redescend le long de la route, dans le parc jusqu'à notre hôtel. 

Pour tout vous avouer, nous étions arrivés avec pas mal de préjugés sur le Chili et Santiago. Finalement après ces deux jours, eh bien on est très content d'être là, la ville est vraiment plaisante, aucun sentiment d'insécurité et les gens sont adorables. On verra si cela se confirme dans les prochaines villes !

Nous quittons Matamata pour Auckland où nous y passerons nos 3 derniers jours néo-zélandais. Sur la route, nous faisons un arrêt dans les jardins de la ville d'Hamilton. On visite des jardins anglais, chinois ou japonais. Puis des jardins plus artistiques sur des thèmes très variés. 

 

Auckland est la plus grande ville de Nouvelle-Zélande et est construite sur 50 volcans ! Nous commençons donc par visiter le centre-ville. Il nous rappelle la ville de Sydney en beaucoup plus petit ! De vieux bâtiments, des grattes-ciel et des marinas. Sympathique (même s'il y avait une énorme manifestation de lycéens contre le réchauffement climatique !). 

 

Puis nous visitons le Mont Eden, un volcan qui surplombe la ville et permet d'avoir un joli panorama (même s'il ne fait vraiment pas beau !). 

Nous allons ensuite déjeuner au parc d'Auckland où des équipes s’entraînent au cricket (on a dû lire la page Wikipédia pour comprendre les règles !). Un détour au jardin d'hiver où on peut visiter deux grandes serres et un petit jardin exotique. Nous finissons notre séjour en Nouvelle-Zélande par un petit restaurant dans la marina près de notre airbnb ! 

Le deuxième jour, nous allons à Karangahake Gorge. Nous avons prévu de faire deux petites randonnées assez différentes de ce qu'on fait habituellement. La première est sur le site d'une ancienne mine d'or. Quelques tunnels ont été laissés ouverts au public et il faut se munir de lampes pour les découvrir (pas toujours rassurée là dedans !). 

La sortie donne sur une rivière que l'on suivra pour rentrer (après avoir traversé le pont d'Indiana Jones !). 

La deuxième randonnée est une ancienne voie de chemin de fer. Rebelotte, on traverse un tunnel d'un kilomètre mais cette fois-ci éclairé pour arriver sur la rivière. On continuera ensuite jusqu'à une petite cascade. 

Le troisième jour, nouvelle randonnée mais cette fois-ci dans la nature. Il n'y a personne (ce qui est assez rare pour le souligner) et on se demande même si on s'est pas trompé de chemin... Randonnée dans la forêt humide et comme il n'y a personne, on se prend toute les toiles d'araignées dans le visage, tissées sur le chemin (miam !). Pour arriver à notre destination, il nous faut traverser 8 fois la rivière ! Mais pas question qu'on se trempe les pieds, l'eau est froide. On fera donc preuve d'ingéniosité pour choisir les meilleures pierres afin de ne pas se mouiller (ça n'a pas suffit, on a eu deux ou trois ratés !). 

1h30 de marche pour arriver à un arbre, le Kauri : 600 ans d’existence et très haut. Ces arbres sont natifs de Nouvelle-Zélande mais on été très utilisés lors de l'arrivée des Anglais. La forêt a pratiquement disparue et ceux qui sont encore debout sont fragiles (il est obligatoire de laver et désinfecter ses chaussures et de rester sur les chemin tracés pour ne pas transporter de la terre étrangère au site et les rendre malades !). 

© 2019, onsenvole.net

Contact Info

contact@onsenvole.net

Search