Paris, France
0
Pays visités
0
Km parcourus
0
Jours de voyage

Nous prenons le train pour rejoindre la capitale fédérale, Ottawa. L'embarquement s'effectue un peu comme dans un aéroport. Nous attendons une demie heure dans la file d'attente pour l'embarquement et les agents vérifient les tickets et le poids des valises. Quand nous montons dans le train, pas de chance pour nous cette fois ci, un wagon a été supprimé et il n'y a plus de places attitrées et c'est un peu l'anarchie (qui plus est, ils ne nous ont pas prévenus alors on ne le comprend que bien trop tard).  Le train est un peu vieillot mais il y a tout ce qu'il faut même le wifi ! Toutes les annonces se font dans les deux langues officielles et les agents sont bilingues. La durée du voyage est la même que si nous étions partis en voiture, on est loin des vitesses de notre TGV. Il y a beaucoup de passages à niveau, ce qui fait que le conducteur passe son temps à klaxonner (n'oubliez pas vos écouteurs !). On sera même arrêté plusieurs minutes, le temps de laisser passer un train de marchandises avec des dizaines de conteneurs, parfois superposés. 

Après plus de quatre heures, nous arrivons en ville et nous nous installons dans un super hôtel appartement (l'un des meilleurs endroits en 10 mois !) et nous partons à la conquête de la ville. 

COLLINE PARLEMENTAIRE

Nous sommes donc dans la capitale fédérale du Canada et c'est ici qu'est regroupé le gouvernement. On ne manque donc pas de faire toutes les visites possibles des bâtiments fédéraux. Malheureusement le bâtiment du Parlement est fermé pour 10 à 15 ans de travaux mais le Sénat et la Chambre ont été relocalisés dans de nouveaux bâtiments. On s'inscrit avant sur internet pour des visites en français et on se rend pendant trois jours sur cette colline parlementaire. 

Les guides sont de jeunes étudiants qui viennent de commencer leurs jobs d'été. C'est assez drôle puisqu'on est loin des guides rébarbatifs, ils sont très communicatifs et font pas mal de blagues. On a même eu une guide avec un tic de parole "Quand je vous parle gouvernement et train, vous voyez où je veux en venir ?" "Quand je vous parle armée et fenêtre, vous voyez où je veux en venir ?"... A vrai dire, on a jamais trop su où elle voulait en venir jusqu'à ce qu'elle nous le dise clairement ! 

Pour la visite de la chambre, nous arrivons en avance pour passer la sécurité. Un groupe d'Espagnols arrive une minute avant nous et la queue en devient interminable. Au bout de 10 min, une alarme se met à retentir : on doit évacuer le bâtiment. Les guides viennent tout juste de commencer leur job et sont paumés sur comment réagir dans ce cas là : l'évacuation est complètement anarchique puisqu'ils nous abandonnent à notre sort. On ne sait pas où est le point de rassemblement (eux non plus d'ailleurs) et ils abandonnent leurs groupes sur le trottoir d'en face pour partir tous ensemble, on ne sait pas où. Les camions de pompiers arrivent sur place mais la moitié des gens sont sur la route... Personne ne peut renseigner personne donc on s'en va en espérant le visiter un autre jour (ce qu'on a pu faire le lendemain sans encombres cette fois !). 

RELEVE DE LA GARDE

Nous assisterons deux fois à la relève de la garde (ah le rythme des fanfares !). Les gardes ressemblent aux gardes royaux brittaniques mais leurs coiffes sont plus imposantes et ils posent pour les photos du public ! 

 

RIDEAU HALL 

A chaque nouvelle loi, la sanction royale doit être apposée par le Gouverneur Général qui représente la Reine au Canada. Nous visitons une partie de sa demeure. Quatre pièces gigantesques colorées de manière très peu habituelle : on se croirait au cirque... 

 

DU SPECTACLE

L'été à Ottawa est riche en spectacle et nous n'avons pas été déçu. Tous les soirs, les gens s'assoient sur l'herbe devant le Parlement et l'histoire du Canada est projetée sur la façade : Magnifique. 

Alors que nous sortions d'un musée sur l'autre rive, nous voyons au loin des parachutistes atterrir sur la colline avec des fumigènes et le drapeau du Canada en guide de parachute. Nous traversons le pont au pas de course pour aller voir ce qu'il se passe : un spectacle de fanfare des différents corps de l'armée ! Plus d'une heure trente de show dont du french cancan (avec l'armée qui nous fait même une démonstration du french cancan). Des canons qui tirent à blanc et des soldats chargeant la foule avec leurs baïonnettes, quel spectacle ! 

Nous nous accordons, pendant cette semaine torontoise, une escapade aux chutes du Niagara. Elles se situent sur la frontière Canada / Etats-Unis mais la meilleure vue est côté Canada, ça tombe bien, nous n'aurons pas à traverser la frontière ! Nous commençons par longer la rivière Niagara à pied et ça nous donne déjà une bonne vision de la force du courant. On y croise également un bateau qui s'est échoué sur une petite île au début du XXème siècle : ils ont mis plus d'une journée pour aller sauver les deux marins échoués qui ont eu beaucoup de chance ce jour là !

Puis, on aperçoit les chutes au loin (et la foule !). La balade longeant les chutes est plutôt agréable puisqu'elle offre un panorama tout du long sur les deux chutes. De l'autre côté, ce sont les Etats-Unis ! 

Et en contrebas, on peut regarder les bateaux s'approcher au plus près des chutes et on voit ce qui nous attend pour la suite de la journée : les ponchos bleus sont sur le bateau américain et les ponchos rouges, sur le bateau canadien !

Nous prenons le Hornblower pour nous rapprocher au plus près des chutes. C'est l'usine à touristes ici mais c'est très très bien organisé. Vous suivez la foule, on vous distribue un poncho (rouge pour nous du coup) et vous montez sur le bateau. Tout le monde monte sur le toit mais on opte pour la proue, histoire de n'avoir personne devant nous. Peu de personne autour de nous, et pour être franc, on a eu une minute d'hésitation quand le bateau s'est mis a démarré dans l'autre sens... On s'est demandé si on n'était pas à l'arrière et que c'était pour ça qu'on était peu nombreux. Mais non, on est pas si bête, on était bien à l'avant.

On passe devant la chute américaine tout d'abord puis on arrive vers la chute en forme de sabot de cheval, elle est encore plus impressionnante depuis le bas. On commence à ressentir la bruine sur nos visages et rapidement c'est la tempête tropicale : on n'arrive plus à ouvrir les yeux tellement il y a de l'eau. On ne voit pas grand chose pendant ces longues minutes mais qu'est ce qu'on rigole tous ! On quitte le bateau trempés jusqu'aux os malgré les ponchos mais heureusement il fait très chaud, on séchera très rapidement. 

Armés de nos plus belles baskets, nous attaquons la visite de la ville.

LE QUARTIER DE LA DISTILLERIE

Super quartier où les vieux bâtiments accueillent bars, restaurants, galeries d'art et magasins remplis de gadget. Avec ce beau temps, les terrasses se remplissent et les gens se promènent aux pieds de ces bonhommes gonflables géants !

GREEKTOWN / BROADVIEW

Notre quartier n'est pas du tout touristique mais plein de vie. La rue principale est remplie de restaurants ou de boutiques et les rues perpendiculaires donnent sur des quartiers d'habitations. Mais que ces maisons sont jolies ! On y trouve des parc un peu partout où il y a des bassins avec 20 cm d'eau et tous les enfants du quartiers se baignent dedans. 

LE PARLEMENT DE L'ONTARIO

Un peu par hasard, nous nous retrouvons devant le parlement de l'Ontario, appelé le Pink Castle en raison de sa façade château et sa pierre rose. On cherche l'entrée pour voir si le bâtiment est ouvert au public. Bingo, une dame nous accueille en québécois et nous propose de joindre le prochain groupe pour une visite guidée. 

Rien de bien extra-ordinaire dans le bâtiment mais on accède tout de même à la salle du parlement, avec Queen Elisabeth II qui n'est jamais bien loin. On nous montre la masse qui représente la couronne et qui doit toujours être présente pour que les politiques puissent débattre. Des personnes du groupe essayent de comprendre le rôle qu'à la Reine dans les lois du pays : notre guide est catégorique, strictement aucun mais le représentant de la couronne doit toujours signer les lois pour les valider ! 

ST LAWRENCE MARKET

Un marché pour les locaux mais également prévu pour les touristes ! On y trouve des boucheries, des vendeurs de sirop d'érable et beaucoup de fromageries ! Au contraire de leurs voisins Américains, les Canadiens ont l'air d'apprécier les vrais fromages qui puent ! 

KENSINGTON MARKET

Un petit quartier en briques lui aussi où les hipsters du coin ont l'air de se retrouver. Restaurants vegan et vendeur de jus de fruits improbables, le quartier a compris comment plaire. 

HARBOURFRONT CENTER

Le front de lac ! Pas très engageant et un peu trop bétonné, on y croise quand même quelques beaux yachts mais nous ne sommes pas tombés sous le charme. Un centre d'art contemporain se trouve là bas. Nous entrons et visitons une exposition sur les arnaques en ligne. On a pu y trouver entres autres, des livres entiers avec des mails vous demandant d'avancer de l'argent à deux orphelins milliardaires bloqués dans un pays lointain. 

LA POUTINE

Spécialité canadienne (plutôt québécoise d'ailleurs), la poutine est un plat simple mais très riche : frites, fromages et sauce à la viande ! 

Le centre-ville est rempli de buildings et dès qu'on s'éloigne légèrement, nous trouvons de jolis quartiers en briques. Mais on y croise également beaucoup de clochards ou de camés, très étrange comme ambiance. La ville n'a pas vraiment été un coup de cœur, on espère que la suite le sera !

On partage deux clichés canadiens qu'on a pu croiser : un totem découpé à la tronçonneuse et la bannière de l'Ontario, cerf, élan et ours, on peut difficilement faire plus canadien ! Dès qu'on trouve un bûcheron avec une chemise à carreaux, on ne manquera pas de vous le partager !

© 2019, onsenvole.net

Contact Info

contact@onsenvole.net

Search