Nous prenons le train pour rejoindre la capitale fédérale, Ottawa. L'embarquement s'effectue un peu comme dans un aéroport. Nous attendons une demie heure dans la file d'attente pour l'embarquement et les agents vérifient les tickets et le poids des valises. Quand nous montons dans le train, pas de chance pour nous cette fois ci, un wagon a été supprimé et il n'y a plus de places attitrées et c'est un peu l'anarchie (qui plus est, ils ne nous ont pas prévenus alors on ne le comprend que bien trop tard).  Le train est un peu vieillot mais il y a tout ce qu'il faut même le wifi ! Toutes les annonces se font dans les deux langues officielles et les agents sont bilingues. La durée du voyage est la même que si nous étions partis en voiture, on est loin des vitesses de notre TGV. Il y a beaucoup de passages à niveau, ce qui fait que le conducteur passe son temps à klaxonner (n'oubliez pas vos écouteurs !). On sera même arrêté plusieurs minutes, le temps de laisser passer un train de marchandises avec des dizaines de conteneurs, parfois superposés. 

Après plus de quatre heures, nous arrivons en ville et nous nous installons dans un super hôtel appartement (l'un des meilleurs endroits en 10 mois !) et nous partons à la conquête de la ville. 

COLLINE PARLEMENTAIRE

Nous sommes donc dans la capitale fédérale du Canada et c'est ici qu'est regroupé le gouvernement. On ne manque donc pas de faire toutes les visites possibles des bâtiments fédéraux. Malheureusement le bâtiment du Parlement est fermé pour 10 à 15 ans de travaux mais le Sénat et la Chambre ont été relocalisés dans de nouveaux bâtiments. On s'inscrit avant sur internet pour des visites en français et on se rend pendant trois jours sur cette colline parlementaire. 

Les guides sont de jeunes étudiants qui viennent de commencer leurs jobs d'été. C'est assez drôle puisqu'on est loin des guides rébarbatifs, ils sont très communicatifs et font pas mal de blagues. On a même eu une guide avec un tic de parole "Quand je vous parle gouvernement et train, vous voyez où je veux en venir ?" "Quand je vous parle armée et fenêtre, vous voyez où je veux en venir ?"... A vrai dire, on a jamais trop su où elle voulait en venir jusqu'à ce qu'elle nous le dise clairement ! 

Pour la visite de la chambre, nous arrivons en avance pour passer la sécurité. Un groupe d'Espagnols arrive une minute avant nous et la queue en devient interminable. Au bout de 10 min, une alarme se met à retentir : on doit évacuer le bâtiment. Les guides viennent tout juste de commencer leur job et sont paumés sur comment réagir dans ce cas là : l'évacuation est complètement anarchique puisqu'ils nous abandonnent à notre sort. On ne sait pas où est le point de rassemblement (eux non plus d'ailleurs) et ils abandonnent leurs groupes sur le trottoir d'en face pour partir tous ensemble, on ne sait pas où. Les camions de pompiers arrivent sur place mais la moitié des gens sont sur la route... Personne ne peut renseigner personne donc on s'en va en espérant le visiter un autre jour (ce qu'on a pu faire le lendemain sans encombres cette fois !). 

RELEVE DE LA GARDE

Nous assisterons deux fois à la relève de la garde (ah le rythme des fanfares !). Les gardes ressemblent aux gardes royaux brittaniques mais leurs coiffes sont plus imposantes et ils posent pour les photos du public ! 

 

RIDEAU HALL 

A chaque nouvelle loi, la sanction royale doit être apposée par le Gouverneur Général qui représente la Reine au Canada. Nous visitons une partie de sa demeure. Quatre pièces gigantesques colorées de manière très peu habituelle : on se croirait au cirque... 

 

DU SPECTACLE

L'été à Ottawa est riche en spectacle et nous n'avons pas été déçu. Tous les soirs, les gens s'assoient sur l'herbe devant le Parlement et l'histoire du Canada est projetée sur la façade : Magnifique. 

Alors que nous sortions d'un musée sur l'autre rive, nous voyons au loin des parachutistes atterrir sur la colline avec des fumigènes et le drapeau du Canada en guide de parachute. Nous traversons le pont au pas de course pour aller voir ce qu'il se passe : un spectacle de fanfare des différents corps de l'armée ! Plus d'une heure trente de show dont du french cancan (avec l'armée qui nous fait même une démonstration du french cancan). Des canons qui tirent à blanc et des soldats chargeant la foule avec leurs baïonnettes, quel spectacle ! 

Nous nous accordons, pendant cette semaine torontoise, une escapade aux chutes du Niagara. Elles se situent sur la frontière Canada / Etats-Unis mais la meilleure vue est côté Canada, ça tombe bien, nous n'aurons pas à traverser la frontière ! Nous commençons par longer la rivière Niagara à pied et ça nous donne déjà une bonne vision de la force du courant. On y croise également un bateau qui s'est échoué sur une petite île au début du XXème siècle : ils ont mis plus d'une journée pour aller sauver les deux marins échoués qui ont eu beaucoup de chance ce jour là !

Puis, on aperçoit les chutes au loin (et la foule !). La balade longeant les chutes est plutôt agréable puisqu'elle offre un panorama tout du long sur les deux chutes. De l'autre côté, ce sont les Etats-Unis ! 

Et en contrebas, on peut regarder les bateaux s'approcher au plus près des chutes et on voit ce qui nous attend pour la suite de la journée : les ponchos bleus sont sur le bateau américain et les ponchos rouges, sur le bateau canadien !

Nous prenons le Hornblower pour nous rapprocher au plus près des chutes. C'est l'usine à touristes ici mais c'est très très bien organisé. Vous suivez la foule, on vous distribue un poncho (rouge pour nous du coup) et vous montez sur le bateau. Tout le monde monte sur le toit mais on opte pour la proue, histoire de n'avoir personne devant nous. Peu de personne autour de nous, et pour être franc, on a eu une minute d'hésitation quand le bateau s'est mis a démarré dans l'autre sens... On s'est demandé si on n'était pas à l'arrière et que c'était pour ça qu'on était peu nombreux. Mais non, on est pas si bête, on était bien à l'avant.

On passe devant la chute américaine tout d'abord puis on arrive vers la chute en forme de sabot de cheval, elle est encore plus impressionnante depuis le bas. On commence à ressentir la bruine sur nos visages et rapidement c'est la tempête tropicale : on n'arrive plus à ouvrir les yeux tellement il y a de l'eau. On ne voit pas grand chose pendant ces longues minutes mais qu'est ce qu'on rigole tous ! On quitte le bateau trempés jusqu'aux os malgré les ponchos mais heureusement il fait très chaud, on séchera très rapidement. 

Armés de nos plus belles baskets, nous attaquons la visite de la ville.

LE QUARTIER DE LA DISTILLERIE

Super quartier où les vieux bâtiments accueillent bars, restaurants, galeries d'art et magasins remplis de gadget. Avec ce beau temps, les terrasses se remplissent et les gens se promènent aux pieds de ces bonhommes gonflables géants !

GREEKTOWN / BROADVIEW

Notre quartier n'est pas du tout touristique mais plein de vie. La rue principale est remplie de restaurants ou de boutiques et les rues perpendiculaires donnent sur des quartiers d'habitations. Mais que ces maisons sont jolies ! On y trouve des parc un peu partout où il y a des bassins avec 20 cm d'eau et tous les enfants du quartiers se baignent dedans. 

LE PARLEMENT DE L'ONTARIO

Un peu par hasard, nous nous retrouvons devant le parlement de l'Ontario, appelé le Pink Castle en raison de sa façade château et sa pierre rose. On cherche l'entrée pour voir si le bâtiment est ouvert au public. Bingo, une dame nous accueille en québécois et nous propose de joindre le prochain groupe pour une visite guidée. 

Rien de bien extra-ordinaire dans le bâtiment mais on accède tout de même à la salle du parlement, avec Queen Elisabeth II qui n'est jamais bien loin. On nous montre la masse qui représente la couronne et qui doit toujours être présente pour que les politiques puissent débattre. Des personnes du groupe essayent de comprendre le rôle qu'à la Reine dans les lois du pays : notre guide est catégorique, strictement aucun mais le représentant de la couronne doit toujours signer les lois pour les valider ! 

ST LAWRENCE MARKET

Un marché pour les locaux mais également prévu pour les touristes ! On y trouve des boucheries, des vendeurs de sirop d'érable et beaucoup de fromageries ! Au contraire de leurs voisins Américains, les Canadiens ont l'air d'apprécier les vrais fromages qui puent ! 

KENSINGTON MARKET

Un petit quartier en briques lui aussi où les hipsters du coin ont l'air de se retrouver. Restaurants vegan et vendeur de jus de fruits improbables, le quartier a compris comment plaire. 

HARBOURFRONT CENTER

Le front de lac ! Pas très engageant et un peu trop bétonné, on y croise quand même quelques beaux yachts mais nous ne sommes pas tombés sous le charme. Un centre d'art contemporain se trouve là bas. Nous entrons et visitons une exposition sur les arnaques en ligne. On a pu y trouver entres autres, des livres entiers avec des mails vous demandant d'avancer de l'argent à deux orphelins milliardaires bloqués dans un pays lointain. 

LA POUTINE

Spécialité canadienne (plutôt québécoise d'ailleurs), la poutine est un plat simple mais très riche : frites, fromages et sauce à la viande ! 

Le centre-ville est rempli de buildings et dès qu'on s'éloigne légèrement, nous trouvons de jolis quartiers en briques. Mais on y croise également beaucoup de clochards ou de camés, très étrange comme ambiance. La ville n'a pas vraiment été un coup de cœur, on espère que la suite le sera !

On partage deux clichés canadiens qu'on a pu croiser : un totem découpé à la tronçonneuse et la bannière de l'Ontario, cerf, élan et ours, on peut difficilement faire plus canadien ! Dès qu'on trouve un bûcheron avec une chemise à carreaux, on ne manquera pas de vous le partager !

Deux petits avions et une escale dans l'aéroport tout neuf de Détroit (elle n'était pas en faillite cette ville ?), nous permettent d'arriver à Toronto, plus grande ville du Canada.

Trois semaines dans le deuxième plus grand pays du monde : on va couvrir très peu de chose (c'est même ridicule sur une carte !)... Mais on restera une semaine dans chaque ville, nous permettant d'essayer de vivre comme les locaux (et de visiter les villes en large et en travers ). 

Nous arrivons tard à l'aéroport et nous avions réservé un hôtel juste à côté pour éviter de rajouter du transport à cette journée déjà chargée. Après la très longue attente de notre navette, nous arrivons enfin à l'hôtel : il y a du monde à l'accueil, apparemment des avions ont été annulés et les gens cherchent où dormir... Notre tour arrive enfin et après avoir pris notre nom, le stagiaire nous explique que nous devons patienter un peu. On comprend que l'hôtel est plein et le personnel n'est pas certain qu'il reste des chambres de libre. Ils montent tous dans les étages pour vérifier. 

Il est minuit, on n'a pas dîné et on sent bien qu'on va devoir chercher un nouvel endroit où dormir. L'équipe sort de l'ascenseur et on est plusieurs à se lever : on a peur "du premier arrivé, premier servi". Ouf, on fait parti de ceux qui ont leur chambre, on essaye de négocier le petit déjeuner en conséquence de l'attente mais ils refusent, on a une chambre, c'est déjà pas mal !

Le lendemain, on quitte l'hôtel pour un appartement plus proche de la ville et qui offre une superbe vue sur Toronto. La proprio nous envoie un message pour nous demander si une de ses amies peut passer pour récupérer des affaires qu'elle a oublié. Bien sûr, pas de problème. Son amie arrive et en fait, elle prend tous les bijoux qui étaient suspendus dans la chambre... On s'est bien senti comme des voleurs de colliers, pas discret du tout !

Le reste de la semaine nous nous promènerons dans les différents quartiers de la ville, dans le désordre :  

RIVERWALK

Une promenade le long de la rivière où l'on croise kayaks, petits bateaux électriques, restaurants et chaises longues. Tout est aménagé sur cette promenade aux pieds des buildings et sous les ponts métalliques. Plus l'on s'éloigne du lac, plus la couleur bleue/verte de la rivière devient foncée (et ne donne plus envie de se baigner !). 

 LE ZOO

Dans le Lincoln parc, nous avons passé un après-midi au zoo ! L'entrée est sur donation et il n'a rien à envier aux autres zoos. On y trouve également une ferme sur place pour que les p'tits gars de la ville comme nous découvrent ce qu'est un tracteur !

DEEP DISH PIZZA

La spécialité culinaire de la ville, qu'on ne pouvait pas manquer. C'est une pizza qui cuit dans un plat à bord haut avec une épaisse garniture à la tomate et au fromage... Nous aussi on a eu l'impression qu'on nous décrivait une quiche ! Mais pas du tout ! Nous sommes allés chez Lou Malnati's, le spécialiste de la deep dish pizza, d'ailleurs comptez plus de 40 min d'attente quand même. Une pâte fine, une couche de mozzarella, une couche de chair à saucisse et des louches de sauce tomate. Rigolo à tester mais pas de quoi en faire tout un plat ! (celle que vous voyez sur la photo est prévue pour 3 personnes... On en a fait trois repas pour deux, la chair à saucisse est un peu écœurante !)

 

WICKER PARK

Nous avons marché à travers la banlieue de Chicago pour aller jusqu'à Wicker park, un quartier "à la mode" (même mon application d'itinéraire calcule en deep dish pizza !). Plutôt déçu par l'ambiance qui semblait fausse par rapport à des quartiers qu'on a pu visiter dans d'autres villes : pas de petites boutiques ici mais plutôt des grandes marques qui essayent de vous vendre des basket ou des bougies à 50$. Ce qui est le plus intéressant est de voir comment en si peu de kilomètres par rapport au centre ville, on arrive sur des petites maisons de ville en briques. Là bas, nous empruntons une autoroute piétonne où coureurs et cyclistes se partagent une piste qui traverse les quartiers au dessus des maisons. 

MAGNIFICENT MILE

Le magnificent mile soit le magnifique 1,6 kilomètres pour nous... Une avenue bordée de magasins, plus ou moins de luxe mais si vous voulez faire du shopping, c'est là qu'il faut aller ! 

MAGASIN AMAZON GO

Bon, c'est pas vraiment une attraction touristique mais ça court pas les rues à Paris. On s'est connecté à notre compte amazon via une application, puis on a présenté un QR code aux portiques ce qui nous permet d'entrer dans une supérette. Là, on choisi ce que l'on veut dans les rayons, comme dans n'importe quelle supérette sauf que quand vous ressortez, vous ne passez pas à la caisse. Des capteurs ont enregistré nos achats en direct live et nous l'on facturé directement sur notre compte amazon (le paquet de chips du futur !). 

CHICAGO CULTURAL CENTER

Un bâtiment dans lequel on est un peu entré par hasard. On y trouve des expositions très critiques faites par des vétérans sur les différentes guerres des Etats-Unis. Mais le plus intéressant est le bâtiment en lui même... Ancienne bibliothèque, on y a découvert des salles d'art déco fantastiques ! 

THE LOOP 

Nous sommes retournés dans ce quartier en semaine pour y trouver un peu plus d'animation que le weekend. C'est aussi là bas qu'on retrouve le métro aérien qui file à travers les tours, c'est sûr qu'il donne une image particulière à cette ville, on ne sait pas trop dire si on aime ou on n'aime pas !

4TH OF JULY

On ne voulait pas manquer la fête nationale aux Etats-Unis, curieux de voir comment elle se déroulait (comme dans les films ?). Pas de parade pour nous par contre, elle était bien trop loin du centre-ville pour qu'on y aille. Nous nous sommes baladés dans la ville pour essayer de capter l'ambiance en ce jour férié : la marina était pleine de bateaux, les plages et le Navy Pier bondés et en effet, la moitié des gens portent des t-shirts avec des représentations du drapeau américain !

Tous les ans, la ville propose un concert de musique classique dans le Millennium park. Il y a déjà une petite foule sur place mais il reste beaucoup de places. Les gens sont venus picniquer en famille (nous on avait rien prévu malheureusement !). Quatre personnes s'installent devant nous, sortent une bouteille de vin rouge et des bonbons... Pas de chance, ils ont oublié le tire bouchon (peut-être trop habitués à des bouteilles qui s'ouvrent sans !), ils ont mis plus d'une demie heure à l'ouvrir grâce à une clé ! Le concert est très accessible, le chef d'orchestre très drôle : quand il présente une oeuvre de Tchaikovsky, il se demande s'il a encore le droit de l'interpréter puisqu'il était Russe et que les affaires diplomatiques ne sont pas au beau fixe !

La soirée se termine par le traditionnel feu d'artifice, un peu chaotique d'ailleurs. L'autoroute qui traverse la ville n'a pas été fermée et les gens se placent sur le terre plein central entre les deux voies pour avoir la meilleure vue... Les voitures aussi ne sont pas en reste puisqu'elles s'arrêtent sur la file de droite en warning pour le feu d'artifice !

 

Clap de fin pour notre aventure américaine, nous allons chez les Caribous pour terminer nos 10 mois de voyage !

Toutes nos photos sont ici. 

Nous posons nos bagages pour une semaine dans la ville venteuse de Chicago, dernière étape des Etats-Unis (on a eu de la chance puisqu'on a eu que très peu de vent !).

Notre première nuit est dans un hôtel qui veut se donner un certain caractère : des hipsters avec des barbes gigantesques vous accueillent, des tapis de yoga dans votre placard et des fontaines d'eau avec des bouteilles en plastique vides à votre disposition. L'effet "chic" est un peu raté puisque quand on a été accueilli, le personnel s'est moqué très ouvertement devant nous de clients qui entraient... L'avantage c'est qu'il est situé dans le quartier du loop, un quartier d'affaires dans le centre-ville. Nous y sommes seulement pour le weekend et ce quartier est complètement vide : deux ou trois touristes et très peu de restaurants, ambiance qui est bien différente les jours de la semaine. 

Samedi soir donc, après avoir dîner rapidement dans un fast food nous décidons de faire un petit tour de la ville pour commencer à la découvrir (ou la redécouvrir pour Aurélien) : 10 km dans la soirée tout de même... Nous partons vers le Navy Pier : la jetée est un énorme food court rempli de restaurants divers où grouillent touristes et locaux ! L'ambiance est festive, la roue et le carrousel sur le toit sont pleins et le lieu nous offre déjà une belle vue sur la skyline de la ville au coucher du soleil. 

Pour rentrer vers notre hôtel, nous passons au Millennium park où on retrouve le haricot  (son vrai nom est le cloud gate = porte des nuages, mais ça ressemble plus à un haricot) ! Il fait nuit maintenant, les réflexions du haricot sont moins impressionnantes qu'en plein jour mais comme il y a peu de monde, on peut en profiter ! Les buildings autour du parc affichent les couleurs de la gay pride qui se tient le lendemain dans la ville. 

Le lendemain, il a plu averse pendant des heures dans l'après-midi, heureusement avant le déluge, nous sommes allés voir le haricot de jour : on toujours est subjugué par l'effet de réflexion et la déformation de l'horizon, à l'intérieur, on perd tout repère !

On passe également à côté d'une fontaine où deux grands blocs se font face : des visages sont projetés dessus et changent d'expression : c'est un peu perturbant tout de même. Il fait chaud et les enfants se baignent en maillot de bain sous les jets d'eau, on est pas habitué à voir ça en centre-ville !

On change ensuite d'hôtel pour un appart hôtel, l'immeuble construit dans les années 20 a gardé son look : le hall est typique avec une petite musique jazz en fond sonore et les ascenseurs doivent être d'époque (ils sont d'ailleurs un peu effrayants). Il ne manque plus que le groom à l'entrée pour nous faire penser à la tour de la terreur !

Deux heures de vol nous permettent d'arriver à Chicago depuis New York. Nous ne restons pas dans la ville puisque nous avons prévu de visiter la côte est du lac Michigan sur quatre jours, Chicago attendra notre retour. On prend donc la route pour la petite ville de Holland dès que nous sortons de l'avion. Chicago étant la troisième ville des Etats-Unis, nous tombons naturellement dans les embouteillages pour sortir de la ville. Après une heure de retard de l'avion, on n'est plus à ça près... 

HOLLAND

Nous arrivons en fin de journée dans la petite ville de Holland (oui oui, il y a des moulins et des tulipes dans la ville !). Plutôt fatigués de notre voyage (on s'est levé à 6h du matin tout de même), nous allons directement au Airbn'b. Nous sommes accueillis par une hôte plus que ravie de nous rencontrer : elle restera collée à nous toute la soirée ! 
Pour le premier jour et sur les conseils des hôtes (humains, cela va de soit) de la maison, nous allons au Tunnel Park, un tout petit parc à côté de leur maison. On se retrouve face à une dune de sable que nous grimpons facilement puisqu'ils ont mis des escaliers (a contrario des jours suivants...) : la vue de là haut est déjà impressionnante. La taille du lac fait qu'on se croirait à la mer, les gens se baignent en contre bas et une petite fille dévale la dune en courant, sans tomber ! Nous continuons notre route vers la ville de Traverse City, capitale américaine des Cerises (on n'en a pas vu tant que ça pourtant...). Mais ce n'est pas pour les cerises que nous remontons, c'est pour le Sleeping Bear Dunes Park. Nous longeons la côte et nous déjeunons sur une plage où la couleur de l'eau n'appelait pas à la baignade. 

SLEEPING BEAR DUNES PARK

Nous arrivons dans notre nouvel Airbnb : une jolie maison avec une très belle terrasse donnant sur le coucher du soleil où une dame nous accueille gentiment avec ces deux énormes chats (note à moi même, vérifier que les locations habitées n'ont pas de chat ! Bonjour allergie !). Le quartier est boisé, on croisera des biches tous les soirs en rentrant, ainsi que des petits tamias partout (ou des Tic et Tac, je ne connais pas votre niveau en faune) !

Deuxième jour : direction Sleeping Bear Dunes Park. Nous apprenons l'origine du nom du parc par le petit film de présentation, que nous ne manquons jamais dans les parcs nationaux. Selon la légende, un énorme feu de forêt sur la côte a conduit une maman ourse dans le lac pour fuir l'incendie, déterminée à atteindre la côte opposée. Après de nombreuses heures de nage, ses deux petits ont traîné derrière. Quand la mère a atteint le rivage, elle les a attendu mais ses petits, épuisés, se sont noyés dans le lac. La mère est restée et a continué d'attendre : un esprit amérindien, touché par sa détermination, a créé les deux îles Manitou en l'honneur des deux oursons noyés. Les vents ont enterré l'ourse qui dort sous les sables des dunes (vous avez versé votre petite larme ?). Malheureusement, avec l'érosion causée par l'homme, on a beaucoup plus de mal à deviner la maman ours aujourd'hui...

Nous commençons la visite par un petit village en bois reconstitué. On s'arrête chez le forgeron qui réalise devant nous de très belles pièces forgées, tout en nous expliquant les différentes méthodes ! Il nous explique également qu'à l'époque, ils fabriquaient des bagues avec des clous à fer à cheval et en offre à deux petites filles dans l'assemblée. Voyant mon regard d'émerveillement, il me propose de m'en faire une aussi (ce qui nous a permis de débuter une conversation sur Paris quand il a entendu notre superbe accent !). Nous faisons ensuite un tour à la maison des gardes-côtes où on visite un petit musée : il y en a eu des naufrages dans le coin...!

Nous continuons avec les dunes. La première se fait plutôt bien mais crapahuter dans le sable est fatiguant. La majorité des gens se contentent de la première, on se retrouve vite en plus petit comité pour continuer jusqu'au lac. A la deuxième dune, un petit garçon crie à ses parents qu'il faut qu'ils redescendent parce qu'il a envie d'aller aux toilettes ! Son père en sueur : "on y était il y a 5 min, tu te contenteras d'un arbre". Dune après dune, on espère arriver au lac pour avoir un peu de fraîcheur... Mais que nenni, à la 5ème, on a un panorama sur ce qu'il nous reste à marcher... Et bien on a pas été vaillant, on a fait demi-tour et je ne vous parle pas du kilo de sable qu'on avait dans les chaussures ! 

Dernière étape de ce parc, une route offrant plusieurs points de vue sur la côte. Un seul vaut vraiment le coup puisqu'on s'est retrouvé tout en haut d'une dune tombant à pic dans l'eau. Une pancarte prévient que la descente est facile mais la montée peut prendre jusqu'à deux heures (et que si vous êtes dans l'incapacité de remonter, il faudra payer pour qu'on vienne vous chercher). On se contentera du point vue qui nous permet de voir les eaux cristallines et tout ce sable (et les gens qui avaient beaucoup de mal à remonter !). 

Troisième jour, nous redescendons vers Chicago. Nous voulions retourner au parc de la veille puisque nous n'avions pas fait le sud mais la météo ne nous le permet pas ! On va donc visiter un capitole (6ème en effet, il nous en reste 45 !) dans la ville de Lansing. La coupole reste toujours le lieu le plus impressionnant des capitoles et celle-ci ne fait pas exception. En plus du dôme joliment décoré, le sol en carreau de verre / structure métallique donne un rendu différent de ce qu'on a pu voir ailleurs. 

On fini notre visite de la ville par le palais de justice. Encore une fois, le bâtiment est facilement accessible, il suffit juste de demander son badge visiteur à l'entrée. Le gardien à l'entrée nous nargue : il regardait le match de foot France/USA et on était mené à 2-0... Une salle interactive est ouverte au public : vous pouvez jouer au juge ou à l'avocat dans un mini tribunal reconstitué. Ok, c'est une exposition pour les enfants mais comme on était tout seul on a tout testé ! En ressortant, on demande au gardien où en est le match : les Françaises ont marqué un but mais à quelques minutes de la fin, c'est terminé pour nous !

Dernier trajet de notre road trip : 1h30 de voiture et 15 dollars de moins pour passer un tunnel de deux kilomètres sous l'Hudson (le duplex de l'A86 n'a qu'à bien se tenir). Nous abandonnons notre voiture de location en plein cœur de Manhattan avant de visiter la ville à pied. Nous avons prévu de voir un maximum de choses, on va en faire des kilomètres ! 

Nous commençons par un tout petit tour dans Central Park. Il n'y a plus un mètre carré de disponible sur les pelouses : il fait très beau, le new-yorkais est sorti pour faire bronzette ! Puis un passage rapide dans la 5ème avenue avec ses boutiques chics et la Trump Tower. Un monsieur est posté sur le trottoir d'en face avec un "Fuck You Trump", le message ne peut pas être plus clair !

Un détour pour nous retrouver au pied du Rockefeller Center pour arriver ensuite à Times Square et Broadway. Passage obligé quand on va à NYC et c'est un spectacle déjà en soit : écrans et enseignes gigantesques, on ne sait plus où donner de la tête ! On y croise également des dizaines de Spiderman, Mickey et autres personnages pas très bien faits vous proposant de faire des photos pour quelques dollars. On continue ensuite vers l'Empire State Building et le Flatiron Building, en forme de fer à repasser ! Là on est bien fatigué, et on remonte vers la station de bus à travers Chelsea pour regagner notre hôtel. 

Le lendemain, rebelote, on fait chauffer les baskets mais cette fois-ci on visite le sud de Manhattan. Nous commençons par la High Line, une ancienne voie de chemin de fer en hauteur réaménagée en promenade piétonne : on se balade à travers les plantes en fleurs, les immeubles et les œuvres d'art. 

On se rend ensuite au Washington square : on y trouve des musiciens en ce dimanche matin et les gens se prélassent dans l'herbe. On s'autorise une pause déjeuner où la part de pizza est à 1 dollar seulement et pas mauvaise en plus ! 

Requinqués, nous traversons les quartiers de Soho, Little Italy et Chinatown pour nous rendre au pont de Brooklyn. La foule est présente sur le pont, on préfère ne pas y monter et l'observer depuis les quais. 

Nous passons rapidement Wall Street pour nous reposer un peu au Battery park, là où la statue de la Liberty est observable (de loin je vous l'accorde). Sur la route du retour, nous nous arrêtons au Mémorial du World Trade Center où l'emplacement des anciennes tours sont maintenant de gigantesques fontaines avec le nom des victimes. 

Troisième jour à NY, nous ne sommes plus que deux, le frère d'Aurélien est rentré en France. On s'autorise alors un rythme plus cool, puisqu'on connait déjà la ville de précédents voyages. Broadway était une possibilité mais les billets sont un peu trop chers pour notre porte monnaie, nous nous contenterons d'une activité gratuite. On décide de visiter le musée d'histoire naturelle où l'entrée est sur donation... Mais une fois sur place, on vous force tellement la main pour payer les 22$ par personne de donation suggérée qu'on fait demi tour ! Un mal pour un bien, nous explorerons tout l'après-midi Central Park. 

La région de Philadelphie est également l'une des régions aux Etats-Unis où il y a une grosse communauté d'Amish. Curieux, nous prenons la direction de la ville de Lancaster en espérant en croiser. En approchant, nous croisons des panneaux qui nous indiquent que nous prenons la bonne direction.

A un croisement, en pleine ville, nous croisons une superbe calèche, des enfants à l'arrière dans des habits d'un autre temps. On voit également des calèches devant les Leroy Merlin américains ou autres magasins, plutôt original ! On s'avance un peu plus dans la campagne, espérant croiser des marchés et des maisons mais malheureusement, on ne voit pas grand chose de plus. 

On continue ensuite vers la petite ville de Centralia, une ancienne cité minière. Dans les années 60, un feu s'est déclaré dans la mine de charbon en dessous de la ville et ne s'est jamais éteint depuis. Des trous ont commencé à se former dans la ville, mettant en danger les habitants. Les terrains ont été rachetés faisant de cette ville une ville fantôme (c'est la ville qui aurait inspiré le jeu vidéo Silent Hill). Sur le papier, ça semblait intéressant à voir mais finalement sur place, il n'y a plus rien. Tout est interdit d'accès et nous n'avons pas très envie d'entrer dans les zones interdites et nous prendre un coup de fusil ! Nous passons donc très rapidement la ville pour s'arrêter à Stroudburg.

Cette ville nous permet de faire un arrêt entre Philadelphie et New York tout en ayant quelque chose à voir. C'est donc dans le parc Delaware Water Gap que nous passons l'après midi du lendemain, entre deux éclaircies ! Une petite montée nous permet vite d'apprécier les panoramas sur la rivière Delaware qui s'offrent à nous. En redescendant, nous traversons des forêts d'arbustes en fleurs et nous finissions notre marche le long de la rivière assez mouvementée. Demain, retour à la ville pour la prochaine étape !

Avant de rejoindre la ville de Philadelphie, nous faisons un détour par Princeton où le frère d'Aurélien nous rejoint pour une semaine. Nous visitons par hasard l'université de Princeton, l'une des plus ancienne et des plus prestigieuse des Etats-Unis. On est assez bluffé par la taille du campus et l'architecture des bâtiments. Malgré le fait qu'on soit dimanche et que tout soit fermé, nous mettons presque deux heures pour parcourir les extérieurs. On découvre également de superbes vitraux à l'intérieur de l'église du campus, sublimes ! Nous continuons notre journée dans la campagne de Princeton, à nous balader le long d'un canal. On sera accompagné par des biches, piverts et belettes. Étrangement d'ailleurs, la faune est très présente alors que nous sommes dans des zones parfois très urbaines. 

Le lendemain, en prenant la direction de Philadelphie, nous faisons un arrêt au capitole du New Jersey : Trenton. Le tour est assez rapide et le capitole assez pauvre en détails historiques importants. A la fin de la visite, nous croisons l'ancien gouverneur de l'Etat. Il s'intéresse aux trois Français du groupe et entame la conversation avec nous : "Est-ce que tout le monde déteste Trump en France ?". On est resté politiquement correct, pas envie de rentrer dans un débat en anglais ! Puis, très fièrement, il nous dit de regarder sur internet comment il est arrivée au pouvoir : je vous laisse regarder ici. 

Nous arrivons ensuite à Philadelphie où nous nous installons dans un airbnb en banlieue (pas le meilleur qu'on ait fait) : la maison penche étrangement (on ne sait toujours pas pourquoi toutes leurs maisons sont en bois...), la moquette a plus que vécu... On aura même la surprise le lendemain soir d'avoir une fuite de gaz... Mais on s'en est rendu compte que le lendemain ! En essayant d'aérer la maison pour faire partir le gaz, on a failli faire tomber les clims des fenêtres des étages qui n'étaient pas fixées... 

Bref, ça ne nous empêche pas de profiter de la ville. Le premier jour, nous découvrons la partie historique de Philadelphie avec la visite de Liberty Bell et de l'Independence Hall. Première visite, Liberty Bell : symbole de liberté et de démocratie. La légende dit qu'elle aurait retenti pour annoncer l'indépendance des Etats-Unis le 4 juillet 1776 (a priori, ce n'est pas le cas) mais elle acquiert son statut de symbole aux Etats-Unis (d'après l'exposition, elle est un grand symbole dans le monde entier mais nous on ne la connaissait pas...). 

Le centre ville de Philadelphie est un parc national, ils ont sauvegardé les anciens bâtiments et les ont transformés en mini musées. On passe donc notre journée à nous promener dans les rues à découvrir les différentes informations sur l'indépendance des Etats-Unis et le rôle des personnes comme Jefferson, Washington ou Lafayette dans cette conquête. 

Nous passons dans elfreth's alley, la plus vieille rue encore habitée des Etats-Unis (au contraire de Williamsburg par exemple). Puis devant la maison de Betsy Ross, celle qui aurait réalisé le premier drapeau américain. 

Au détour des ruelles, nous entrons par curiosité dans une maison Quaker, que l'on confond régulièrement avec les Amish puisqu’ils peuvent s'habiller similairement (enfin d'après les boites de flocons d'avoines qu'on trouve partout !). Visite très courte mais très intéressante, ils avaient des idées très progressistes pour l'époque ! 

Finalement, nous finissons notre tour par l'Independence Hall. A l'intérieur, on y trouve la pièce où ils ont signé la déclaration d'indépendance des Etats-Unis et leur Constitution. Bon, c'est une pièce avec du mobilier qui n'est pas d'époque donc ce n'est pas l'endroit le plus passionnant de la ville, contrairement à la pièce voisine où l'on peut voir une copie originelle de la constitution (le ranger nous dit qu'on a de la chance, puisque la veille c'était une réplique. Ils sortent la vraie un peu avant le 4 juillet). 

Le lendemain par contre, nous entamons un visite plus contemporaine de la ville. Déjà, nous montons sur les marches de Rocky ! Tout le monde autour de nous grimpe les marches deux par deux pour l'imiter, une institution ! L'avantage c'est que de là haut, nous avons une belle vue de la skyline. 

Pour le film, je vous laisse revoir la scène ici. Comme ça, vous pouvez visiter la ville en même temps !

On part ensuite au marché couvert de la ville où l'on trouve plein de stands de nourriture dont la spécialité de la ville, le cheesesteak (du steak coupé finement avec du fromage fondu le tout dans du pain). Puis repu, nous éliminons en nous perdant dans les rues, aux pieds des buildings !  

Avant d'arriver à Washington DC, nous faisons un dernier arrêt sur la propriété où a grandi George Washington. Nous commençons la visite de la propriété par la maison avec le ranger du parc. 

On y apprend :

  • Que la maison originale a été brûlée par les Anglais,
  • Qu'ils se sont basés sur les maisons aux alentours pour avoir une idée de ce à quoi elle ressemblait afin de la reconstruire au plus proche, 
  • Qu'après la construction, il y a eu des fouilles archéologiques et que la vrai maison était à une 100 mètres de l'emplacement actuel,
  • Et que la maison ne ressemblait pas du tout à ça... 

Bref, on a vu une maison qui n'a rien à voir avec George Washington ! Mais bon, la promenade dans la propriété est sympa, on y voit des renards, biches et des espèces de dindons sauvages, le tout en longeant la plage donnant sur la rivière Potomac. 

Nous commençons notre visite de Washington par chercher un parking, glamour ! On en trouve un pas cher, un peu excentré et sur un terrain vague. Nous payons le jeune homme à l'entrée, on ne sait pas trop comment on va retrouver la voiture et si on a payé la bonne personne... (finalement, on a retrouvé la voiture entière !). 

Nous longeons le capitole des Etats-Unis pour nous rendre à notre premier arrêt : le jardin botanique de la ville. On y visite plusieurs serres dont une avec des passerelles nous permettant de nous approcher au plus près de la cime des arbres exotiques, top ! A l'entrée, ils proposent un mini cours de cuisine : comment faire une salade de pommes de terre (je vous l'accorde, on ne peut pas vraiment appeler ça de la cuisine...). Mais la démonstration est assez drôle, ils font frire les herbes aromatiques avant de les mettre dans la salade (pas assez d'huile peut être ?). Puis, ils passent dans l'assemblée pour nous faire goûter (c'est d'ailleurs pour ça qu'on est resté jusqu'au bout !) mais franchement, on n'en gardera pas en souvenir impérissable ! 

On continue ensuite au musée de l'air et de l'espace où on voit des fusées, des avions et des expos très bien réalisées. D'ailleurs, le véritable avion des frère Wright y est exposé ! Malheureusement, le musée est bondé ce qui rend la visite fastidieuse et nous fait abandonner plus vite que prévu. 

Nous marchons encore quelques kilomètres pour arriver jusqu'à la Maison Blanche. On ne voit pas grand chose tellement elle est loin, heureusement qu'on peut zoomer pour voir à quoi elle ressemble ! 

Le lendemain, nous visitons les monuments de la ville. Mais avant de marcher toute la journée, nous essayons de nous approcher en voiture du Pentagone, pour voir qu'elle tête ce bâtiment a... On s'est un peu trop approché (on s'est surtout trompé de voie) : on a failli entrer dans le parking des employés et vu la sécurité ambiante, je pense qu'on aurait passé un sale quart d'heure ! On n'insiste pas et on décide de continuer les visites à pied en traversant le cimetière militaire d'Arlington. On y trouve, entres autres, la tombe de JFK et celles des soldats inconnus. Sur une petite place, on peut observer la relève de la garde sur les tombes des soldats inconnus : un par guerre, sauf pour la guerre du Vietnam (le soldat inconnu qui avait été enterré, a finalement été identifié et rendu à sa famille). 

Nous prenons ensuite la direction du Mémorial de Lincoln où l'on découvre sa fameuse statue en marbre. Une jolie vue sur le Washington Monument et le bassin. A ses pieds, un escalier gigantesque d'où ML King a prononcé son discours "I have a dream".  Il y a du monde et il fait plutôt chaud donc nous finissons notre journée dans les parcs avoisinants, à l'ombre et plus au calme !

Dernier jour et juste avant de partir nous visitons enfin le capitole Américain. Nous avions réservé nos billets sur internet car c'est une visite particulièrement prisée. Après une longue file d'attente pour passer la sécurité, nous sommes tous dirigés vers les amphithéâtre où un film sur l'histoire de la ville est projeté. Ensuite c'est réglé comme du papier à musique : vous choisissez un guide avec qui vous ferez la visite et vous faites le tour de trois pièces avec votre groupe de 30 personnes et 3 autres groupes dans la salle. Vous ressortez calé sur les statues présentes dans le capitole, vous faites une photo du dôme et c'est plié... En plus, nous y sommes allés un weekend et donc impossible de rentrer dans les chambres du Sénat ou du Parlement qui sont pourtant vides... Bref, on a appris et vu bien plus de chose dans les capitoles qu'on a visité avant !

Nous quittons Atlanta pour rejoindre la prochaine grosse ville sur notre trajet, Washington DC. La ville n'étant pas à côté, nous faisons quelques arrêts sur la route. 

Asheville et Blue Ridge Parkway

Nous logeons dans une chambre chez une famille américaine dans la banlieue de Asheville. Pour notre première soirée, nous allons en centre-ville, voir l'attraction à ne pas louper le vendredi soir, le "drum circle". On trouve une place et on va dans le petit parc où l'animation se déroule. On comprend vite que ce n'est pas pour nous... Le place est remplie de hippies qui dansent sur le rythme des djembés (vraiment pas terrible le rythme d'ailleurs). On part très vite pour visiter la ville, connue pour être étrange (cette fois-ci sa réputation sera réelle contrairement à Austin !). On y croise des petites boutiques sympas, vendant des affiches stylisées, des resto hippsters et des jeunes cherchant de la drogue. On fait donc rapidement le tour, trop bizarre pour nous cette ambiance. En rentrant chez notre famille américaine, ils ont invité leurs voisins pour la soirée et nous proposent de rester avec eux. On passera la soirée à papoter avec eux. 

Le lendemain, nous avons prévu de randonner dans le parc le plus visité des Etat-Unis mais le temps n'est pas au rendez-vous, il pleut énormément. Sur les conseils des locaux, nous partons pour le Craggy Garden en espérant y voir quelque chose. Raté, on est un peu en altitude et, en plus des pluies intermittentes, on est dans les nuages : on ne voit pas à plus de 10 mètres ! 

Appomattox

Nous continuons notre route pour rejoindre Richmond, la capitale de l'état de la Virginie. On s'arrête un peu par hasard à Appomattox Court House. On va voir cette petite ville reconstruite et la ranger du parc nous dit qu'on est sûrement intéressé par la maison de McLean. Soit, on ne sait pas du tout qui est ce jeune homme mais si c'est ça l'attraction du coin, on y va ! 

Il s'avère en fait, que ce petit village est le lieu où les confédérés ont donné leur reddition lors de la guerre de Sécession. On discute longuement avec une personne du parc qui nous raconte plein d'histoires sur Lincoln et les présidents suivants. 

Williamsburg

Le lendemain, nous visitons l'une des plus vieilles villes des Etats-Unis colonisés, Williamsburg. Le centre ville est un musée vivant : on y croise des personnes costumées déambulant dans les rues coloniales. La ville a des airs de Disney mais les maisons (malgré la rénovation complète) datent bien des premiers colons, d'ailleurs il y a le deuxième plus vieux capitole ici ! 

Richmond

On retourne vers la capitale pour visiter le capitole et pas n'importe lequel. Il nous donne un avant goût de ce qu'on va voir à Washington ensuite.  On y croise Thomas Jefferson, George Washington ou encore Pocahontas et John Smith ! La Virginie a été le commencement des colonies anglaises, le soulèvement contre les Anglais, la guerre entre les sudistes et les nordistes... Bref, on croise une bonne partie de l'histoire américaine dans ce capitole ! 

Nous commençons la visite d'Atlanta par le côté pop culture de la ville. Première étape, un pont bien connu des fans de la série The Walking Dead pour admirer la skyline de la ville. Je vous l'accorde, ce n'était pas l'apocalypse quand on y était !

Ensuite, nous partons pour le centre ville où on y trouve le World of Coca Cola. Dans un énorme bâtiment, on découvre comment l'entreprise s'est développée pour devenir un géant mondial. La visite commence par la dégustation du coca que l'on souhaite puis ils nous donnent des canettes collectors du New Coke. Saviez-vous qu'en 1985, Coca Cola a modifié sa recette et a remplacé son Coca Cola par le New Coke. Ils ont reçu des milliers de plaintes réclamant le retour de l'ancienne recette et menaçant de boycotter la marque. Ils ont été tellement nombreux qu'au bout de 79 jours, Coca Cola a fait marche arrière en ressortant sa bonne vieille recette : un énorme échec marketing (ou alors un coup de génie ?).

Ensuite nous visitons à notre guise ce centre de propagande :  

  • Le coffre fort où la vraie recette serait précieusement gardée (elle ne serait connue que par deux personnes au monde), 
  • L'histoire de la marque et les coups de génies marketing
  • Une photo avec la mascotte un peu mal en point, il faut le dire, 
  • Une mini usine où ils expliquent le processus d'embouteillage, 
  • Un cinéma avec une vidéo un peu farfelue sur la recherche de la recette (on y apprend que le secret du coca c'est l'amour ! Rooooooooh),
  • Une galerie avec tous les goodies qui ont pu être inventés (ils ont même envoyé une fontaine à coca dans l'espace !). 

Clou du spectacle : vous pouvez goûter toutes les boissons originales créées par Coca Cola présentes sur les différents continents (notre dentiste va les remercier !). Certaines sont vraiment les pires choses qu'on ait pu boire... 

Plein d'énergie (trop de sucre !) nous repartons de l'autre côté de la ville pour visiter le capitole de la Georgie. On se retrouve tout seul à explorer ce grand bâtiment et on découvre l'hymne de l'état ! (ok, ça coulait de source mais il nous a fallu du temps pour faire le lien !).

Le soir, nous testons également un cliché américain dans nos petites têtes françaises : le cinéma en voiture ! Nous arrivons un peu avant la tombée de la nuit, sans trop savoir à quoi s'attendre. La dame à l'entrée, aimable comme une porte de prison, nous vend un ticket et nous donne le numéro de l'écran où notre film sera projeté. On met la station radio affichée sur l'écran, on s'achète du popcorn et c'est parti pour le film ! Le terrain est en pente avec des lignes de bosses ce qui fait que tout le monde voit bien l'écran. On adore l'expérience 

Le lendemain, nous visitons l'Atlanta plus historique puisque c'est la ville de Martin Luther King. Nous visitons le mémorial construit en son honneur où l'on trouve quelques affaires qui lui ont appartenu : rien de bien intéressant. Par contre, un parc national est installé à quelques mètres de la maison où il a vécu enfant. Vraiment très intéressant, on devient incollable sur sa vie et la lutte raciale aux Etats-Unis ! 

Nous quittons Mickey pour de nouvelles aventures sur la côte est des Etats-Unis. Mais pour ça, il nous faut une voiture : l'agence de location où nous allons est petite et ils ont un choix réduit dans les voitures. Nous avions demandé une citadine et il nous propose une Camaro décapotable, pour le même prix bien sûr ! On est bien tenté mais on inspecte la voiture en premier : ça va être chaud de rentrer les sacs à dos dans le coffre... On regarde également le moteur : le petit V8 risque de prendre tout notre argent en essence, on remonte tout de même jusqu'à New York ! La mort dans l'âme, nous prenons la voiture garée à côté : une Buick Lacrosse (on ne perd pas trop au change finalement puisqu'elle est toutes options : on a même des sièges massants et climatisés !)

On prend donc la route pour la ville de Savannah, à 4h au nord, sur la côte atlantique. Notre motel est vraiment l'un des pire qu'on ait fait depuis le début. La chambre est sombre et les draps sentent la cigarette. La porte ferme mais il y a tellement de jour sur les côtés que ça ne sert pas à grand chose. On comptait manger un plat réchauffé mais dans cette ambiance là, on part se réfugier dans un Cracker Barrel pour manger rapidement et pas cher. 

Le lendemain, nous visitons la ville. On déambule dans les rues, ici pas de musée remarquable ou de lieu particulièrement historique, on y va pour l'ambiance. On trouve de la mousse espagnole sur tous les arbres, ce qui nous rappelle beaucoup la Louisiane. Mais l'architecture des maisons est bien différente, toutes en briques et très bien entretenues c'est très mignon. 

Un de mes films préférés a été tourné dans cette ville, je voulais donc aller voir la place où une grosse partie du film se tient. Je vous laisse la photo, peut-être que vous retrouverez... Ils ont retiré l'objet principal du film pour le mettre dans un musée, du coup on ne reconnait pas vraiment ! 

Le seul indice que je vous laisse : "Ma maman disait toujours que la vie c'est comme une boite de chocolats, on ne sait jamais sur quoi on va tomber". 

Après avoir écumé la ville de long en large, nous reprenons la voiture pour aller visiter un cimetière. Adieu les belles demeures, nous passons par des quartiers plus classiques. Arrivés au cimetière, on peine à trouver l'entrée et l'ambiance est assez glauque, suffisamment pour qu'on fasse rapidement demi-tour d'ailleurs ! 

Le lendemain, ciao hôtel pourri, c'est départ pour Atlanta. Ah bah non en fait, pas tout de suite... La voiture a un pneu crevé ! Petit rappel des scores quand même : on est à 2 pare-brise cassés et 2 pneus à plat... Aurélien a l'habitude de changer les pneus donc on n'est pas trop inquiet sauf quand on découvre qu'il n'y a pas de roue de secours ! Heureusement nous n'avons pas bougé de l'hôtel et on peut appeler l'agence de location. Nous avons une vis dans le pneu, ce qui nous semble réparable. On regonfle rapidement à une station service pour aller jusqu'au garage qu'on nous a indiqué. 

Après le check du pneu, finalement il n'est pas réparable et on a de la chance, il n'en reste qu'un seul à la bonne dimension. Ils nous mettent un peu la pression pour qu'on accepte et qu'on paye mais on préfère attendre le GO de l'agence (pour une fois qu'on a une assurance :)). Une heure de téléphone plus tard (dont 45 minutes d'attente entre deux décisions), on a l'accord. Une bonne heure plus tard, changement du pneu et facturation effectués, nous pouvons finalement partir pour Atlanta !!

Pour le film, je vous laisse le découvrir ici

Après la Louisiane, nous nous arrêtons pendant une semaine en Floride. Bon à vrai dire, nous ne visiterons pas la Floride, nous resterons seulement à Walt Disney World. Vous nous connaissez, ce n'est pas la première fois qu'on y va (et j'espère pas la dernière) mais tous les ans ils ouvrent une nouvelle partie du parc qui nous oblige à aller voir ce qu'ils ont fait (quoi, vous trouvez que notre excuse est nulle ?). On y rejoint mon frère pour la semaine et mes parents repartent après une journée dans les parcs.  

Walt Disney World c'est grand, très grand : 4 parcs (+2 parcs aquatiques qu'on a pas encore fait) regroupés sur un terrain de la taille de Paris. On prend donc le bus, le monorail, uber ou le bateau pour se déplacer... D'ailleurs, un soir après 10 min de bus un enfant nous aborde "Vous venez de France ?" avec un accent parfait. Ce petit américain vient de Lafayette et y apprend le français, on a été assez bluffé qu'il parle aussi bien français !

Les hôtels 

Sur cette semaine, nous essayerons quatre hôtels de standing différents. Un hôtel sur le sport où la cage d'escalier est un gigantesque casque de football américain, un hôtel sur les années POP où la devanture est un ordinateur géant, un hôtel plus "nature" où ils ont reconstitué un geyser et un hôtel sur la Nouvelle-Orléans où l'on retrouve les maisons des plantations... Un point commun tout de même, la piscine où nous trouverons refuge pour supporter les 38 degrés !

 

Les parcs

Animal Kingdom : Vous pouvez faire un safari ici et vous promener à côté des girafes, hippopotames ou lion ! Ou vous promener dans le monde d'Avatar. 

Epcot : Plusieurs pays sont représentés ici , en voici quelques uns : Mexique, Norvège, Italie, Angleterre ou la France. Les gens qui y travaillent viennent réellement de ces pays et nous on adore aller en France, regarder un film promotionnel sur une France des années passées... Vraiment allez le regarder, il vaut le détour avec le son bien sûr !

Hollywood studios : Malheureusement la partie Star Wars n'ouvre que fin août (je crois bien qu'on va devoir y retourner) mais on y croise tout de même pas mal de stormtroopers ! L'une des attractions de Toy story est celle où la compétition entre Aurélien et moi fait rage : le but est d'atteindre le plus haut score en visant des cibles... Je peux vous dire qu'on ressort de là complètement HS ! 

Magic Kingdom : Princesses, châteaux, on est dans la magie de Disney (le spectacle de fin de journée est superbe !). 

 

La nourriture 

A contrario de Disneyland Paris, la nourriture ici est super bonne à condition de savoir où manger... Etant accompagnés par un spécialiste en la matière, on s'est vraiment régalé ! En plus, les restaurants sont thèmés et il y a de l’animation ! 

Teppanyaki avec une cuisinier japonais à mourir de rire

Salade saine chez Avatar, histoire de se remettre de l'attraction !

Ou peut-être un dîner chez maman, devant la télé ? Attention, si vous ne mangez pas vos haricots verts, vous pourriez finir au coin...  

Nouvelle-Orléans, nous voilà ! Nous logeons dans une maison typique de la ville. D'extérieur les maisons n'ont pas l'air bien grandes mais en fait elles sont construites toute en longueur, c'est assez impressionnant. Notre première journée est pauvre en découverte car pluie et orages nous découragent de mettre le nez dehors. Ce n'est qu'en fin d'après midi que nous allons nous promener au parc qui longe le Mississippi. On y voit les premiers bateaux à roue mythiques et on fait un tour chez un disquaire (cliché, non ?). 

Le deux jours suivants, c'est visite du quartier français principalement. On a adoré se perdre à travers ces maisons colorées, aux balcons en fer forgé. Les noms des rues sont restés en français. Carnaval, magie vaudou et ancienne demeure mystique, on ne sait pas où donner de la tête. On découvre la maison de Madame Lalaurie, une bourgeoise de Nouvelle-Orléans qui torturait ses esclaves et est accusée d'en avoir tué plus d'une centaine... Macabre ! 

 

Nous passons rapidement de jour à Bourbon Street : la nuit, elle se transforme en rue de débauche où les gens viennent festoyer jusqu'à pas d'heure (on est trop vieux pour ça !). Par contre, le quartier du frenchmarket est plus calme et à la tombée du jour des gens commencent à jouer du jazz dans les rues (il y a d'ailleurs un parc Louis Armstrong en centre ville). 

Nous goûtons aux spécialités de la ville : Gumbo, Jambalaya, Poboy et beignets. Un mélange entre la cuisine espagnole, française et créole dans nos assiettes, on y trouve d'ailleurs de l'andouillette (appelée andouillette en anglais) qui ressemble plus à une saucisse épicée... Pour manger les meilleurs beignets de la ville, il faut faire la queue au Café du Monde : très bon mais rien d'exceptionnel, ce sont des beignets de carnaval, comme les nôtres !

On trouve des boutiques qui vendent des sauces épicées, numérotées en fonction de leurs forces. Nous avons essayé jusqu'à 10 sur une échelle de 11. La dernière étant tellement piquante qu'ils vous demandent de signer une décharge avant...

 

Nous visitons également le centre ville qui est constitué de building. Par hasard on entre dans le musée fédéral de la finance. Après un passage de sécurité, on découvre une salle de 20 m² qui fait office de musée... Ce qui n'empêche pas qu'on apprendra pas mal de choses sur la mise en place de la banque fédérale américaine et on aura même le droit de faire nos propres billets !

© 2019, onsenvole.net

Contact Info

contact@onsenvole.net

Search