Sur la route de la Nouvelle-Orléans, nous passons par les plantations historiques de coton et de canne à sucre, pas le choix, nous sommes obligés d'en visiter au moins une ! Le choix n'est pas facile, il y en a une dizaine et les prix vont du simple au double. Certaines sont très connues et très photogéniques mais comme elles sont très touristiques, vous visitez la demeure en groupe de 30 au pas de course... Après des heures de recherche sur laquelle était la mieux à faire, nous optons pour une maison familiale : St Joseph Plantation (celle que je voulais visiter au départ était fermée pour rénovation) où on y cultivait de la canne à sucre.

Le début de la visite se fait avec un petit film sur les plantations de canne à sucre. Le film se termine par "Mangez autant de sucre que vous le souhaitez, c'est bon pour la santé", on ne sent absolument pas le lobbying là dedans... La suite de la visite se passe à l'étage où on en apprend plus sur les familles qui ont successivement habitées ici. La maison a appartenu à une famille qui s'est enrichie grâce à l'esclavage (cette famille avait trois plantation les unes à côté des autres dont une qui s’appelait "Le petit Versailles"). Mais, elle a tout perdu après la guerre de sécession et la plantation a été vendue à la famille qui vit encore sur la propriété. 

Nous visitons également les cabines des esclaves qui ont vécu sur la propriété. Après l'abolition de l'esclavage aux Etats-Unis, la plupart des familles d'esclaves de St Joseph plantation, maintenant libres, sont restées dans ces cabines car elles n'avaient pas d'argent ni de terre pour aller ailleurs. Une personne descendant d'une famille d'esclaves est même restée jusqu'au début des années 2000 ! 

Avant de partir, depuis les berges du Mississippi, nous pouvons admirer la plantation voisine et sa superbe allée de chênes. 

Nous quittons le Texas pour la Louisiane, attention ça parle français ici ! Premier arrêt à Lafayette où bayoux et Cajuns nous attendent. Nous partons donc à la découverte d'un swamp (ou un bayou, c'est pratiquement la même chose) avec notre capitaine de bateau, Wendy. On monte dans sa petite embarcation et elle nous emmène entre les arbres découvrir la faune et la flore. Elle ne parle pas français mais connait quelques mots de français (grâce à l'histoire française de la Louisiane), c'est assez drôle de l'entendre dire poulette entre deux mots anglais. 

On voit beaucoup d'oiseaux dont de très beaux "spatules rosées" avec le dessous des ailes d'un rose très marqué (malheureusement, trop loin pour être photographiés donc je vous offre un héron à la place !).

On navigue à travers les tortues qui prennent le soleil et bien sûr on tombe sur des alligators. Pratiquement impossible à voir sans un œil averti... Merci de ne pas tomber dans l'eau ! Toute cette mousse espagnole présente sur les arbres donne un côté mystique à ce bayou. 

Je vous laisse trouver l’alligator là dessous !

Après une heure et demie de bateau sous le soleil, nous partons nous enfermer dans un petit musée où il y a la clim ! Nous sommes accueilli par un film (avec une chanson presque en français) nous permettant de comprendre qui sont les Cadiens ou Cajuns, ces Acadiens (merci Michel Fugain) du Canada expatriés de force par les Anglais qui ont terminés leur périple en Louisiane. Nous continuons à découvrir le centre ville de Lafayette où on aperçoit les premières maisons avec porches et balcons, que l'on croisera à notre prochaine étape, la Nouvelle-Orléans !

Avant de partir, nous goûtons à la spécialité d'ici : les écrevisses ! Elles se commandent au kilo, ils les cuisent à l'eau, ajoutent des épices, un délice (par contre on n'est vraiment pas gracieux quand on mange ça !).

Impossible de visiter le Texas sans aller voir des cowboys et des ranch (en ce qui concerne goûter de la merveilleuse viande de bœuf, on a testé dès le premier soir !). On prend donc la route pour Banderas, la capitale mondiale des cowboys... Il n'y a strictement rien à voir là bas mis à part des boutiques de chapeaux de cowboy et de santiag ! 

On souhaitait également visiter un ranch mais c'est assez difficile d'en visiter un à la journée : les offres sont plus prévues pour y passer la nuit et faire une balade en cheval le lendemain (mais le cheval c'est pas trop notre dada !). On en trouve finalement un sur la route qui accueille les gens à la journée et je vous préviens ce n'est pas le ranch de n'importe qui ! Le LBJ ranch est le ranch familial du 36ème président des Etats-Unis : Lyndon B. Jonhson. Bon, soyons francs, Aurélien et moi ne savions pas trop ce qu'avait fait ce président et finalement c'est celui qu'on retrouve un peu partout dans les monuments qu'on visite tellement la période où il était président a été riche en événements (assassinat de JFK, guerre du Vietnam, assassinat de Martin Luther King et émeutes raciales, programme spatial lunaire...) ! Il était tellement attaché à son ranch qu'il y a passé un quart de son mandat : piste d’atterrissage pour l'avion présidentiel à travers les champs, installation des services secrets sur place... 

Juste pour cette photo (et les vaches !) la visite valait le détour ! 

On part ensuite pour la vraie capitale du Texas et donc des cowboys : Austin (je vous promets, les Texans portent tous des santiag, des chapeaux de cowboys et conduisent d'énorme pick-up à 6 roues !).  Premier arrêt dans la ville : le capitole tout rose à cause de la couleur de la pierre employée. On passe la sécurité et on part sur une visite guidée du bâtiment (pas besoin de rdv, ni de payer, on visite un bâtiment officiel très facilement ici !). L'architecture du bâtiment est grandiose, d'ailleurs le bâtiment est plus grand que le capitole de Washington DC et ils ne se privent pas de vous le répéter :) Sous la magnifique coupole, on découvre 5 blasons très différents les uns des autres représentant les 5 nations auxquelles a appartenu le Texas à tour de rôle (on trouve celui de la France d'ailleurs). 

Rien ne vous fait oublier que vous êtes au Texas : on peut voir le contour de l'état ou son nom un peu n'importe où, par exemple toutes les poignées de porte ! Vous vous souvenez du fort Alamo ? On le retrouve ici "Souvenez-vous d'Alamo" puisque le massacre qui a eu lieu là bas a poussé les Texans a vouloir leur revanche. Ils se sont plus mobilisés et ont gagné les batailles suivantes, jusqu'à gagner leur indépendance !

On continue ensuite notre visite par les chambres du Sénat et du Parlement, ouvertes au public. Le Parlement n'est réuni que pendant cinq mois toutes les années impaires : si une loi n'est pas votée pendant ce temps, il faut donc attendre un an et demi avant de pouvoir faire une nouvelle proposition. On a eu de la chance de les voir travailler (c'est la fin des cinq mois, du coup les lois qui passent ne sont pas très intéressantes). On nous explique également quelques règles bizarres en place comme par exemple : un sénateur peut parler autant de temps qu'il le souhaite à condition qu'il reste debout et qu'il ne quitte pas la salle même pour aller aux toilettes !

On déjeune une spécialité du coin : le BBQ ! Ici, on commande la viande au poids (alors c'est en pounds et comme on savait pas trop ce que ça représentait en gramme, ils nous ont gentiment conseillés - et fait rare ici, ce n'était pas des portions gigantesques !) avec de l'excellent Mac'n cheese : à tomber tellement tout était délicieux !

On passera l'après-midi dans le quartier de South Congress, réputé pour être bizarre (la devise de la ville est "Austin, gardez la bizarre"). Alors oui on croise des magasins un peu étranges et des devantures excentriques mais franchement, ça ne vaut pas le détour !

Le ville est également connue pour accueillir une colonie de chauves-souris mexicaines sous un pont récemment construit et à la tombée de la nuit, elles sortent par milliers et volent au dessus de vos têtes ! On s'installe donc sur ce fameux pont, une demie heure avant le coucher du soleil pour avoir une bonne place. Le soleil se couche et pas de chauve souris en vue, on commence un peu à s'impatienter. Des personnes commencent à quitter les lieux sans n'avoir rien vu. On persévère un peu et on commence à entendre de petits cris de sous le pont ainsi que des vibrations... La personne à côté de nous a une lampe torche et avec la faible lumière qu'elle émet, on commence à voir ces milliers de chauves souris qui tournoient sous nos pieds. Moins impressionnant que prévu (c'est le début de la saison seulement) mais on n'avait jamais vu autant de chauve souris au même endroit !

Nous continuons au Texas dans la petite ville de San Antonio. Nous commençons par le fort Alamo, connu grâce à la bataille qui a eu lieu pour l'indépendance du Texas par rapport aux Mexicains. C'est lors de cette bataille que le fameux Davy Crockett a été tué (on a bien essayé d'acheter un chapeau raton laveur mais il faisait trop chaud !). Ce n'était pas un fort mais une "simple mission espagnole" qui avait été transformée en fort de fortune pour cette bataille, que les Texans ont perdu d'ailleurs !

La visite commence par l'église puis un jardin où des personnes sont déguisées pour recréer l'ambiance. On termine par une chronologie des événements sur laquelle on peut y lire que c'est la guerre d'indépendance des Etats-Unis qui a inspiré les Français pour leur Révolution... 

On continue dans le centre ville et sa promenade le long de la rivière : San Antonio est appelée la petite Venise du Texas à cause des canaux qui traversent la ville. C'est ombragé et très bien aménagé : on y passera quelques heures à se balader. 

 

On part ensuite en dehors du centre ville pour visiter d'autres missions espagnoles. On en visitera deux sur les quatre encore debout en dehors d'Alamo : on ne pensait pas voir des bâtiments si vieux et si bien sauvegardés ici. On a l'impression d'être dans un film de Zorro lors de la visite de la dernière mission

Nous atterrissons à Houston, sans problème (mais quelle publicité mensongère ce titre !). On passe le contrôle qui nous demande dans quels pays nous sommes allés récemment : au bout du troisième pays cité, l'agent de l'immigration nous demande de le suivre et de passer dans la pièce à droite (là où personne ne va). On confirme qu'on n'a rien à déclarer et nos sacs passent les rayons X. Comme prévu, ils ne trouvent rien et on a le droit de continuer notre chemin, on a même le droit à un Welcome Home ! 

Nous récupérons notre voiture puis nous partons rejoindre mes parents qui nous accompagnerons dans ce périple jusqu'à Orlando. Après une semaine chez Mickey à Orlando, nous continuerons notre route sur la côte Est jusqu'à New York où on prendra un avion pour la ville de Chicago, avant de rejoindre le Canada. 

Première étape donc, la visite de Houston, ville américaine par excellence, c'est à dire pas de vrai centre ville, juste des buildings et pas de vie : on fait vite le tour. 

Le lendemain par contre, nous partons visiter le centre spatial de la NASA (d'où mon titre racoleur !). Avant d'y aller, on révise nos classiques tout de même avec le film Apollo 13, la mission dont on connait tous la célèbre phrase "Houston, we've had a problem here". Nous arrivons au centre de bonne heure, c'est tout de même le Disneyland de l'astronaute et il y a déjà un peu de monde sur place. 

Nous commençons par la visite des vrais bâtiments et plus particulièrement du centre de contrôle. On arrive dans une pièce vide en chantier... Ils refont entièrement la pièce puisque cette année on fête les 50 ans des premiers pas sur la lune et ils veulent remettre la salle telle qu'elle était à l'époque. Mais on nous fait quand même visiter la pièce, vide du coup, sans nous l'avoir expressément indiqué avant... Si c'était pour voir un chantier, j'aurais pu rester en France ! On décide donc de partir visiter la partie "entrainement des astronautes"  en espérant avoir plus de chance et on découvre un énorme hangar avec des simulateurs un peu partout. Ça fait un peu mis en scène mais ça reste très intéressant à voir (bien plus que la salle de contrôle en tout cas...). 

 

Sur le site, il est possible de voir une vraie fusée datant des missions Apollo qui n'a pas été lancée puisque le programme lunaire a été arrêté faute de subvention et d'intérêt. C'est gigantesque, on est vraiment minuscule à côté de ces réacteurs. On peut également visiter la réplique de la navette spatiale et le vrai avion qui la transportait de son point d’atterrissage au point de décollage. On termine notre visite par la partie exposition où on peut entrer dans une réplique de station spatiale ou voir les combinaisons des astronautes. 

© 2019, onsenvole.net

Contact Info

contact@onsenvole.net

Search