Nous passons la nuit à Puerto Montt, ville sans réel intérêt touristique, pour repartir le lendemain pour l'île de Chiloé. L'île est grande comme la Corse et est connue, entre autres, pour avoir 16 églises classées au patrimoine de l'Unesco. 4 heures de bus et un bac de 20 minutes nous permettent d'atteindre la capitale de l'île, Castro. 

Nous nous installons dans une charmante auberge avec une décoration vintage et un poêle en fonctionnement (qui n'est vraiment pas de trop). Nous sommes arrivés tard dans l'après-midi et décidons de faire tout de même un rapide tour de la ville. Première chose que l'on ne peut pas manquer : l'église classée de la ville. Jaune et violette, elle a des allures de châteaux de contes de fées ! L'intérieur, entièrement en bois, est bien moins clinquant mais très beau à voir. Nous programmons notre journée du lendemain avec les informations de l'office du tourisme qui nous conseillent une agence de voyage au coin de la rue. L'agence nous propose un petit circuit des églises mais quand elle nous donne les prix, on fait un peu la tête. Tout ça parce qu'il y a un repas "typique" et un moment de partage avec les locaux (mouai, les trucs faux comme ça on aime pas trop). Nous ferons donc notre tour de l'île avec les transports locaux !

Au dîner, nous faisons le tour des restaurants mais il n'y a aucun prix d'affiché, ni de cartes à l'extérieur. On abandonne et on décide d'aller chercher des empanadas dans une boulangerie. On n'a pas été déçu ! Les empanadas étaient délicieuses et la serveuse essayait de nous parler en français, c'était adorable. 

Le lendemain, direction trois églises classées, au nord de Castro et sur une petite île. Les 16 sont un peu éparpillées sur toute l'île donc sans voiture et en deux jours, il faut faire des choix. Nous prenons le bus local pour nous rendre à la ville de Dalcahue.

Prendre le bus n'est pas tout à fait comme en France, ça reste plutôt simple mais il faut un peu d'organisation ! Les grosses destinations sont écrites sur des petits panneaux à l'avant des bus. Vous montez dedans et vous vous débrouillez pour savoir quand est votre arrêt (google maps est votre ami dans ces cas là). Là vous demandez au chauffeur de s'arrêter (en espagnol, por favor), vous payez la somme qu'il vous demande (faut connaitre ses chiffres en espagnol là aussi) et vous descendez là où vous voulez (ou pas...). 

On prend donc notre mini bus et on profite qu'une personne descende dans la ville que l'on souhaite visiter pour descendre au même arrêt (mais pas exactement au bon endroit). On fait très vite le tour de la toute petite ville et on découvre l'église en bois classée, blanche (ça change des couleurs de la veille) ! Malheureusement on ne peut pas entrer dedans. 

On part alors à la recherche du bac qui nous emmènera sur la petite île d'en face. On longe le bras de mer, on interroge le monsieur qui a l'air de diriger les voitures vers le bac et il nous montre le bus déjà sur le bac et nous dit que celui là va sur l'île et dans la ville qu'on souhaite ! Parfait, on prend donc un bus sur un bateau ! Après 20 min de route, nous arrivons dans la ville de Achao. Son église est très austère mais elle est la plus vieille des îles de Chiloé. L'intérieur au contraire est bien plus clair, le contraste ! On déjeune ensuite face à la mer et aux petits bateaux de pêcheurs. 

On décide de continuer encore un peu l'exploration de l'île et nous prenons notre troisième minibus pour la ville de Quinchao. Cette fois-ci il y a un monsieur qui fait payer en plus du chauffeur. On est assis mais il vient nous voir pour nous demander où on descend. Au bout de quelques minutes, on voit le panneau de la ville Quinchao et le mini bus ne s'arrête pas. Trop tard donc, on descendra à l'arrêt suivant (le monsieur nous dit qu'il faut demander quand on veut descendre mais vu que 5 min avant il nous avait demandé où on descendait, on s'était laissé guidé... Le tout pour un prix un peu cher par rapport à la distance parcourue - on s'est senti un peu arnaqué avec eux quand même). 

Tant pis, on reprend la route à pied dans l'autre sens, le prochain bus étant celui-ci et il ne revient que dans 1h30. 2,5 km de montées/descentes pour arriver à notre troisième église. Une voiture s'arrête à notre niveau et nous propose de nous déposer à la ville Achao (c'est gentil mais on en vient justement...). Nous arrivons enfin au tout petit village de Quinchao avec son église. On est un peu déçu, elle a l'air abandonnée ou serait digne d'un film d'horreur et en plus on ne peut pas entrer dedans. 

Au bout de 10 min, on a fait le tour et on repart vers l'arrêt de bus le plus proche. Aux arrêts de bus, il n'y a pas d'horaires, il suffit d'attendre. On sait qu'on va attendre longtemps que le bus de tout à l'heure fasse sa boucle. Il se met à pleuvoir (au moins on est abrité) et le chien de la maison voisine passe son temps à nous renifler les pieds et se gratter les puces. Au bout d'une heure et quart, une voiture s'arrête et nous demande si nous allons à Achao, on répond oui ! Sauvés : on a quand même eu deux voitures qui se sont arrêtées sans qu'on fasse du stop ! On discute de tout et de rien avec le monsieur et on arrive en 10 minutes à la ville. De là, nous prenons un bus pour la ville de Castro directement. 

Epuisés par nos vagabondages, nous retournons manger nos empanadas de la veille et au lit !