Nous prenons un avion pour la ville d'Arequipa, au sud de Lima. Son centre ville est classé au patrimoine de l'UNESCO, en partie pour ses superbes façades en pierres blanches. C'est pour ça qu'elle est surnommée Arequipa, la ville blanche. 

Nous nous installons dans un joli petit hôtel qui ressemble à une hacienda : les murs très colorés et les terrasses permettent de profiter du soleil. On demande au gérant si le quartier est sécurisé, si on peut rentrer le soir tranquillement. Il nous répond "pas de problème ici, vous pouvez rentrer tard sans problème jusqu'à 21h". On a pas la même définition de tard mais on ne rentrera pas si tard alors :)

Le Pérou et l'altitude : Arequipa est une ville située à 2300 m, nous prenons donc notre temps aujourd'hui pour nous acclimater doucement. Le deuxième jour, on se prépare pour visiter la ville et on ressent déjà les effets de l'altitude... Les billes de nos déodorants ont explosé quand on les a ouvert ! On sort alors tous nos produits qu'on ouvre délicatement pour ne pas repeindre les murs de crème ! Et au réveil, j'ai mal à la dent... J'avais lu qu'avec l'altitude, ça pouvait faire apparaître des douleurs et je ne pas fais la maligne en me disant que je dois aller chez le dentiste au Pérou... (Finalement, ça s'est calmé et pas besoin d'y aller au Pérou !)

Nous commençons par visiter la Place d'Armes, toujours le cœur névralgique des villes de l'Amérique Latine. Elle est bordée d'arcades et d'une magnifique et gigantesque cathédrale, blanche bien sûr. C'est très agréable, la place est vivante : les gens s'assoient, discutent et grignotent du maïs avec du fromage. Nous apercevons les premières femmes magnifiquement apprêtées avec leurs chapeaux, tresses et châle colorés dans le dos permettant de porter tout et n'importe quoi. 

Nous nous perdons ensuite dans les ruelles où beaucoup de façades sont sculptées. D'ailleurs, les plus beaux bâtiments sont des banques où l'on peut entrer et visiter les intérieurs préservés.

Deux empanadas plus tard, nous visitons le couvent de Santa Catalina. Un couvent du XVIème siècle qui se trouve être le plus grand au monde. Un village dans une ville donc : des maisons, des ruelles colorées, un petit jardin... On passe deux bonnes heures pour tout visiter. 

Nous revenons en début de soirée dans la ville pour visiter la Cathédrale qui n'ouvre qu'en fin de journée. Bon, c'est un raté, Aurélien est en short et se voit refuser l'entrée (c'est bien la première fois que ça nous arrive !). On s'installe alors sur la place qui continue de s'animer. Au loin, on entend de la musique et on reconnait le style typique des processions de la Semaine Sainte auxquelles on avait pu participer à Malaga pendant nos études. On va à l'église concernée qui se trouve à l'autre coin de la place où beaucoup de monde est déjà rassemblé. Les autels portés sur les épaules sortent chacun leur tour et tous les codes des processions d'Andalousie sont respectés (ça reste quand même un peu moins impressionnant qu'en Espagne). 

 Parce que la ville vaut vraiment le détour, toutes nos photos sont ici