Nous continuons notre route pour aller voir un nouveau volcan (enfin essayer...). Le volcan Arenal s'est endormi il y a moins de 10 ans après avoir été le plus actif du Costa Rica depuis 1968 (il a rayé de la carte plusieurs villages d'ailleurs...). Il est impossible de monter à son sommet mais plusieurs randonnées (petites) sont possibles à son pied. Nous choisissons le parc privé Arenal 1968 (en référence à la grosse éruption cette année là) où nous prenons le chemin le plus long passant pas la forêt et les anciennes coulées de lave. 

La visite commence par un très beau point de vue sur le volcan...

Bon ok, on n'a pas eu de chance pendant les deux jours sur place, on a jamais vu le sommet de ce volcan (on a des doutes sur l’existence du volcan d'ailleurs !).  

Ensuite on traverse des plantations de fruits locaux : les ananas et les bananes nous donnent envie de les cueillir et de les manger (malheureusement, on n'a pas le droit...). On arrive dans la jungle et on longe un lac où on peut voir beaucoup d'oiseaux ! 

Au loin on entend des hurlements, on a l'impression que King Kong est dans la forêt, on est pas pressé de croiser cette bête parce qu'on est pas sûr de ce qui fait ce bruit (finalement, on apprendra que ce sont des singes hurleurs, des petits singes noires mais avec un cri qui peut être entendu à plus de 5 kilomètres : si vous voulez écouter, c'est ici !). 

On finit notre marche sur les coulées de lave et la végétation a bien changé ! Il fait bien plus chaud que dans la forêt et on croise des lézards. Après 3 heures de marche pour à peine 5 kilomètres (c'est long de chercher les animaux avec les yeux en l'air !), on quitte le parc pour des bains d'eau chaude ! 

 

Dans la région, il y a une rivière qui passe à proximité du volcan et qui est chauffée naturellement. Malheureusement (et comme souvent ici) tout est privatisé : des dizaines d'hôtels ont la rivière pour eux, l'entrée est à plus de 50$... Mais il existe un accès "gratuit" que l'on emprunte ! On gare la voiture, un homme avec un gilet jaune nous demande de l'argent pour la surveiller (enfin si on lui donne pas, il nous crève les pneus...) et on file vers la rivière. On passe sous un pont, on escalade un petit muret et on touche l'eau : en effet c'est de l'eau chaude ! Le cadre est sympa si on regarde dans la bonne direction, sinon c'est barbelés, murs effondrés et graffitis (je vous épargne cette partie !).  Les gens se baignent, nous on a pas nos maillots mais on y trempe tous volontiers nos pieds :)