De Pingyao nous rejoignons Xi'an en TGV. Cette fois ci c'est 3 heures de train mais le wagon sentira des pieds (ou de la nourriture non identifiable) pendant tout le trajet. 

Après une heure de métro et un peu de marche, on arrive dans notre nouvel hôtel situé dans un quartier avec des centres commerciaux à chaque coin de rue, un KFC/Starbuck/Pizza hut tous les 100m. 

On restera 4 jours dans la ville, surtout connue pour la fameuse armée de soldats en terre cuite. 

 

Le premier jour, nous avons pour mission de trouver une laverie (je sais, c'est toujours pas glamour comme sujet mais c'est l'envers du décor quand on voyage avec 2 semaines de vêtement sur le dos). On découvre que dans l'hôtel une machine à laver est en libre service, hourra victoire (on a jamais été autant heureux de laver son linge). Seul problème, comme souvent en Chine, il faut payer avec WeChat : une application qui ressemble à WhatsApp mais qui leur permet également de tout payer ici sans sortir sa carte bleue. Malheureusement pour les étrangers de passage, il faut un numéro chinois pour utiliser le service de la machine à laver et un compte bancaire en Chine (on a crié victoire trop vite). 

On demande confirmation à la réception de ce qu'on a réussi à décrypter avec google translate (une personne de leur équipe parlait anglais) et en effet, il faut un numéro chinois. On part alors dans la boutique d'à côté pour avoir une carte SIM, mais il faut une carte d'identité chinoise... On cherche sur internet des adresses de laverie, on teste deux adresses mais on ne trouve que des pressings (ça fait cher le lavage de chaussettes).

Dans un dernier élan de personne désespérée, on retourne à la réception lui faire les yeux doux quémander pour qu'il accepte notre cash et paye pour nous. Notre charme désespoir fait que finalement il accepte, au bout de 4 heures, on l'aura eue cette machine ! 

 

Le cœur léger, on part dans le quartier musulman de la ville. Xi'an était la porte d'entrée de la route de la soie, une importe communauté musulmane s'est installée et le quartier est réputé pour être très animé. 

Une grande rue presque piétonne (toujours deux ou trois scooters prêts à te rouler sur les pieds en klaxonnant) remplie de stands de nourriture. Chaque vendeur crie pour qu'on vienne dans leur stand puisqu'ils vendent pratiquement tous la même chose (et au même prix) : des brochettes d'agneau (délicieuses), des sandwich au bœuf mariné, des jus de grenade frais ou encore des portions de fruits du jacquier. C'est dans ce quartier qu'on croisera le plus de touristes étrangers. 

On passe devant les jolies bell et drum towers qui sonnaient le début des journées pour l'une et la fin pour l'autre. 

Le deuxième jour, on se rend sur les remparts. A l'identique de Pingyao, le centre ville est entouré de remparts, plus grands et plus larges et en parfait état. On loue un tandem et on passe deux heures pour faire le tour complet du centre ville. La vue n'est pas fabuleuse, le centre ville étant moche (il faut dire les choses comme elles sont) mais les remparts sont agréables et il y a peu de monde.