Nous reprenons le train pour quitter Ninh Binh et nous diriger vers Hué, capitale du Vietnam (de 1802 à 1945) et siège de la dynastie des Nguyen. 

Le trajet en train durera 11 heures (environ 570 km soit environ une vitesse moyenne de 52 km/h, ahem). Il ressemble à celui qu'on avait déjà pris en plus neuf. Une télé permet de passer le temps, au début c'est Tom et Jerry, comme ça ne parle pas c'est parfait. Mais ensuite, horreur malheur, on arrive à des soaps vietnamiens où ils se mettent à chanter et tout ça avec le son à fond. Je vous laisse compatir à notre douleur avec la vidéo (mettez le son !!). 

 

Pour compléter notre immersion totale, sachez que le pied ici est libre, la tong est reine et dès qu'on peut les retirer, on le fait. Ce qui a donné ça pendant toute la durée du voyage... 

Dans la douleur nous arrivons à destination. Pour éviter de payer le taxi, on part à pied jusqu'à l'hôtel. Malheureusement, il s'est mis à pleuvoir assez fort et on est arrivé trempé (on prendra le taxi la prochaine fois...). Ça nous a quand même permis de prendre la température de la ville, à savoir que Aurélien s'est vu proposé 3 fois de la bonne marijuana et une fois, juste de la marijuana. La ville est pourtant connue pour ses tombeaux et sa cité interdite datant de la dynastie Nguyen, pas vraiment comme un lieu de débauche (en tout cas, je ne l'avais pas lu dans le guide). Il y a de nombreux bars/pubs avec la musique extrêmement fort : définitivement, pas l'image de la ville que j'avais en tête avant d'arriver ! 

Pour les trois prochains jours pluvieux, nous nous installerons dans un petit hôtel situé au centre ville (pas loin d'un karaoké, comme toujours !).

 

Le premier jour, nous nous rendons à la cité impériale, lieu de résidence des empereurs dans laquelle se trouve la cité pourpre interdite (partie réservée seulement à l'empereur et son entourage proche). Pendant la guerre, les bâtiments ont quasiment tous été détruits. C'est donc une cité impériale entièrement rénovée que nous visitons avec des bâtiments encore complètement en ruine. Comme tout est neuf, elle fait plus fausse qu'historique. Cela n'empêche que nous découvrons de belles choses et nous en apprenons un peu plus sur cette dynastie. 

 

Le lendemain, on loue à nouveau un scooter pour nous rendre aux tombeaux des empereurs, éparpillés en dehors de la ville. Nous en choisissions deux.

En cours de route, une dame sur son scooter nous fait la conversation dans un anglais parfait : elle nous explique qu'elle est fermière et qu'elle n'habite pas très loin des tombeaux. Elle nous demande où nous allons et comme on lui est sympathique (je ne fais que la citer !), elle nous dit de la suivre pour qu'elle nous guide, c'est sur son chemin (vous la voyez arriver avec ses gros sabots grosses tongs ou pas ?). Aurélien est curieux de savoir ce qu'elle va nous demander à la fin de périple donc on décide de la suivre (on regardera quand même régulièrement sur Google Maps qu'on est bien sur le bon chemin, ne vous inquiétez pas !). Plus très loin des tombeaux, elle s'arrête et nous propose de nous emmener à un autre tombeau (aussi très connu) qu'elle connait très bien. Elle nous attendra dehors et ensuite elle nous fera visiter sa maison. On lui fait comprendre que c'est gentil mais on va s'en sortir tout seul. Après plusieurs tentatives sans succès, elle passe sur un autre sujet. Elle a des euros sur elle et aimerait les échanger contre des dong (parce que les banques n'en veulent pas). Pas de chance pour elle, on lui explique qu'on retourne pas en Europe d'ici quelques mois et qu'on ne veut pas d'euros et qu'on a pas assez de dong. On se dit au revoir et elle repart. 

  

Nous arrivons comme des grands au premier tombeau qui est celui de Khai Dinh datant de 1920. L'empereur ayant fait un séjour en France, ce tombeau est un mélange d'architecture européenne et vietnamienne, très riche en bas reliefs faits de porcelaine. 

Un petit détour pour aller voir un bouddha perdu au milieu de la forêt et conseillé par l'hôtel pour la vue. Malheureusement vu le temps, on admirera que le Bouddha.

Le deuxième tombeau est celui de Tu Duc, datant de 1865 et beaucoup plus grand que celui visité précédemment (il avait même son lac privé). Étrangement son corps ne fut pas enterré dans ce tombeau mais dans un lieu secret. Il est dit que les 200 ouvriers ayant creusé sa tombe ont été décapités pour ne pas dévoiler l'emplacement (un peu mégalo, non ?).

 

Nous partons ensuite voir la pagode incontournable, apparemment, de la ville. Elle ne nous laissera pas un souvenir transcendant mais offre un joli point de vue sur la rivière et ses bateaux touristiques à tête de dragon. 

Le troisième jour, il pleut trop fort pour prendre une moto et profiter des balades. On s'installe donc dans un café d'étudiants à deux pas de l'hôtel pour préparer la suite de notre voyage. En plus d'être très cosy, la playlist en fond sonore est française : Gainsbourg, Hervé Villard et Claude François détonne un peu avec l'ambiance mais c'est plutôt drôle.

Toutes nos nouvelles photos sont ici