Nous arrivons sur l'île de Bali à 1h30 du matin. Le temps d'arriver à l'hôtel, de faire le check in, on s'endort vers 2h30. Autant dire que le lendemain la journée ne sera pas très productive. Nous posons donc nos bagages pour une nuit et demie à Legian, au sud de Bali. Notre seule visite de la journée sera la piscine de l'hôtel (on a bien essayé de sortir, mais c'était trop moche et il faisait trop chaud dehors alors on est vite rentré se reposer !). Le lendemain, nous partons pour 5 jours à Ubud, ville réputée pour être plus calme et plus culturelle que la côte. 30 km de route soit 2 heures pour atteindre la ville : le trafic est assez horrible ici, et peu importe l'heure, une seule route existe entre deux villes avec une seule voie (c'est pour ça que sur nos 10 jours à Bali, nous n'avons vu qu'une toute petite partie de l'île). 

On arrive enfin dans notre chambre d'hôtel avec une grande terrasse avec canapé et cuisine donnant directement sur les cocotiers du voisin, on ne peut pas mieux tomber (bon une piscine ça aurait été pas mal quand même !). Premier après midi dans la ville, nous nous rendons au centre ville nous faire une idée : Ubud est une ville très authentique avec ses deux Starbucks, ses trois boutiques Ralph Lauren et toutes les marques de surf représentées. Remplie de personnes aux cheveux sales et à moitié toutes nues alors que la mer est à 40km... Bref, vous avez compris, tout ce qu'on aime :). On loue donc un scooter (ahhh ça faisait longtemps n'est-ce pas ?) pour pouvoir chercher des sites un peu moins touristiques.

 

Le premier jour nous allons à la forêt des singes en plein centre ville pour y voir... des singes (c'est une des images les plus emblématique de Ubud quand même) ! Des règles de sécurité sont détaillées à l'entrée car les singes sont bien sûr habitués à l'homme et n'hésiteront pas à vous monter dessus si vous avez de la nourriture, une bouteille d'eau ou si simplement vous les regardez dans les yeux. La balade n'a pas grand intérêt mais le plus drôle est de voir les gens paniquer quand un singe attrape leur sac ou vêtement (quand tu veux ta photo instagram, tu es prêt à tout !)

L'après midi, nous visitons Goa Gajah ou la grotte de l'éléphant (enfin pour être plus précis, une toute petite grotte avec une statue de Ganesh dedans). Pour entrer dans les temples, homme ou femme, il faut se couvrir les jambes : Aurélien découvre la joie de porter un sarong (tous les étrangers hommes - peu habitués à porter un vêtement proche de la jupe - soulevaient leur sarong pour monter les escaliers comme des princesses, vraiment très drôle). Finalement dans ce temple, seule la façade de la grotte sculptée vaut le détour, le reste est sans grand intérêt. Nous y rencontrons cependant un Indien venant de Suède qui nous explique quelques éléments sur la culture (représentation des statues, traduction de l'Indonésien...) d'ici très proche de celle d'Inde.

Nous partons avec lui voir une cascade à quelques kilomètres de la grotte (et à plus de 40 min en scooter !) : grande cascade avec un débit très important d'eau ce qui fait de grosses vagues dans la rivière en contrebas. D'ailleurs un cordon de sécurité est installé pour que les gens ne s'approchent pas trop et soient assommés/emportés par ce débit (notre nouvel ami du jour n'a pas très bien compris le concept du cordon de sécurité et est allé se placer derrière pour faire un selfie mais il s'est vite fait remettre à sa place à l'aide de coups de sifflet). Finalement l'endroit n'est pas très charmant : un bar s'est installé en haut de la cascade avec de la musique extrêmement forte et la préservation de l'environnement est un concept assez éloigné ici. 

Le deuxième jour, direction Campuhan Ridge Walk, un sentier connu à Ubud pour se balader à travers les rizières. On choisi d'y aller vers 10h, le ciel est couvert donc le soleil ne tape pas trop fort sur nos épaules (mais il fait quand même bien chaud). La première partie nous donne de bons aperçus de la végétation luxuriante de Ubud mais avec la renommée de ce sentier, beaucoup de restaurants se sont installés cachant tout le paysage sur la deuxième moitié du chemin. En marchant, on entend un Bam devant nous, on s'approche de ce qui vient de tomber à 10 cm de nous et on trouve un avocat (pas mûr malheureusement) mais il aurait pu nous faire une belle bosse !

Nous reprenons alors notre scooter, direction Tegalalang pour voir des rizières en terrasses (la saison est plus favorable qu'au Vietnam, les couleurs devraient être plus belles !). Nous nous installons dans un café pour goûter le café balinais (plus spécialement le café de luwak) et on nous présente comment il est préparé. En fait, le luwak (une civette asiatique) mange les baies des caféiers et lors de la digestion, il fait subir à la graine une transformation bénéfique. La graine est ensuite nettoyée (ouf) puis torréfiée (pour la condition animale par contre on reviendra !), ce qui donne un café vraiment bon. 

La suite dans notre prochain article.

En attendant nous vous souhaitons de joyeuses fêtes !