Atterrissage à minuit à Christchurch, nous sommes frais ! Notre amie Marion nous rejoint pour un périple de deux semaines sur l'île du Sud de la Nouvelle Zélande. 

Mais avant de pouvoir entrer officiellement dans le pays, nous passons par l'immigration. On passe par des guichets automatiques (je suis un peu déçue, je voulais un tampon sur mon passeport ...) où on scanne notre passeport et on répond à deux trois questions (avez-vous fait plus de 12 mois de prison ?) et les portes sont sensées s'ouvrir. Aurélien passe sans encombre, moi je me fais refuser et dois me rendre à un guichet (je crois qu'ils savaient que je voulais un tampon). Dans la file d'attente à côté de moi, il y a des parents avec de jeunes enfants. Pas de bol, la petite fille s'est mise à vomir partout : tout le monde n'a pas eu le temps de se mettre à l'abri (ouf c'était pas dans ma file). Il est quasiment 1 heure du matin et ça sent le vomi, youpi ! Je passe l'immigration facilement quand la dame se rend compte qu'Aurélien a déjà passé les tests (les personnes dans le même cas que moi qui sont passées devant moi ont eu le droit à un interrogatoire plus corsé que le mien !). 

Après l'immigration, c'est la douane ! Les Néo-Zélandais sont très stricts sur la bio-contamination et toute nourriture, plantes, chaussures de marche... doivent être déclarées. Ayant chacun nos chaussures de marche, on passe donc au contrôle visuel avec une vingtaine de personne déjà en attente devant nous. Notre tour arrive enfin, le monsieur inspecte les semelles, l'intérieur des chaussures (bonjour les odeurs qu'il doit avoir parfois) et nous dit que tout est bon pour lui (en même temps, on les avait lavées avant de partir d'Australie !). Il nous demande d'où on vient : France. "oh, do you have foygrè ?" On comprend pas sa question, on lui demande de répéter... Au bout de la troisième fois, il reformule "French pâté". On vient de comprendre mais non Monsieur, tous les français ne se promènent pas avec du foie gras dans leur bagage ! On passe ensuite toutes nos affaires aux rayons X pour s'assurer qu'on a rien caché, un chien renifleur est à côté pour s'assurer qu'on ne transporte rien non plus (ils ne rigolent vraiment pas !) et on sort enfin de l'aéroport au volant de notre petite voiture bleue. 

On est toujours en été ici mais les températures sont bien plus fraîches qu'en Australie ! Adieu les shorts, bonjour les pulls ! 

Notre programme pour la Nouvelle Zélande est le suivant : deux semaines sur l'île du Sud en road trip et deux semaines sur l'île du nord où nous rayonnerons depuis trois villes différentes (histoire de pouvoir se (re)poser un peu !)

 

Après la nuit passée à Christchurch, nous repassons par l'aéroport, chercher la valise de Marion qui a été retenue 48h à Melbourne. Nous partons en fin de matinée vers Kaikoura, une ville plus au nord de l'île. Sur la route, nous découvrons les premiers paysages de Nouvelle-Zélande mais peu de dépaysement, cela ressemble beaucoup aux Alpes quand même (les prés sont justes plus jaunes que chez nous) dans les terres. Nous déposons nos valises dans un petit motel pas très reluisant mais qui fera l'affaire pour la nuit et nous partons à la découverte des phoques ! Nous prenons une petite rando qui monte sur la colline et qui offre des points de vue sur les phoques en contrebas. Arrivés là haut, on ne voit pas grand chose mis à part des points noirs ! On se rend compte que les gens sont passés par un chemin en bas pour les approcher de plus près (pas moins de 10 mètres quand même !). On redescend donc et là, ce ne sont plus des points noirs mais bien plusieurs colonies de phoques devant nous !