Nous reprenons la route pour la partie la plus au nord de l'île du sud (vous suivez ?) où on ira visiter le parc Abel Tasman. Ce parc est connu pour une randonnée longeant la côte durant plusieurs jours. On a prévu nous de randonner mais seulement à la journée (sinon on a pas le temps de découvrir le reste de l'île). L'île étant très montagneuse, pas de ligne droite pour nous y rendre mais nous devons longer la côte. Nous arrivons dans notre hôtel en fin de journée. 

On récupère les clés de notre cabane dans la forêt et on entre : Horreur (oui avec un H majuscule !), l'hôtel est sale, il y a des toiles d'araignées et des araignées partout, on a l'impression d'être dans un endroit abandonné. On passe une heure à la chasse aux bêtes et à tout nettoyer. Le gérant arrive et on comprend l'état de la cabane quand on le voit débarquer (il est limite encore plus sale que la cabane... et je ne vous ai pas parlé des draps...!). Steeve nous explique qu'il y a un concert dans la cabane commune ce soir et qu'on est les bienvenus pour 10$ par personne : concert de cithare qui fini par une séance de méditation. On est tombé chez les hippies et on a déjà payé cet endroit miteux une fortune, clairement on est pas prêt de payer pour ce concert !

Après une mauvaise nuit dans cet endroit, on part visiter le parc Abel Tasman. On commence par une balade dans la forêt qui mène à une cascade. On rencontre notre premier animal inconnu au bataillon, une espèce de poule qui n'a pas froid aux yeux : un weka. On passera notre premier pont suspendu et pas le dernier (et pas le plus effrayant par sa hauteur !).

Ensuite, nous partons pour la balade le long de la côte. Quand on arrive au point de départ, des panneaux indiquent qu'en raison du risque de feu de forêt trop important, la rando est fermée au public. On prend alors un autre chemin qui traverse la montagne jusqu'à une petite plage sauvage et tranquille. 

On retourne ensuite dans notre cabane adorée... Alors qu'on rangeait la vaisselle, on découvre une énorme araignée sous une assiette (j'ai failli faire une crise cardiaque). Aurélien la tue (au moins il y en a un sur les trois qui n'en a pas peur !). On va se coucher pour notre dernière nuit dans cet endroit pourri !